Dornier-Do 14

Dornier Do 17

Dornier-Do 18

Vue d'un Do 17M (photo : Pierre Gaillard/Légendaires Avions du Monde F. Besse et J. Molveau) Vue d'un Do 17M à moteurs BMW Bramo 323A de 900 ch. Le modèle le plus répandu du Dornier 17 fut le Do 17Z de bombardement qui fut utilisé jusqu'en 1942.

Le Do 17 fut élaboré à l'origine comme avion de transport rapide de courrier pouvant emporter six passagers et destiné à la Deutsche Luft Hansa. Le premier prototype Do 17V1 effectua son vol inaugural fin novembre 1934. Trois prototypes à queue simple furent construits pour la Luft Hansa, mais l'extrême finesse de cet avion fut la cause de son échec commercial, l'étroit fuselage exigeant des passagers une grande agilité pour atteindre leurs sièges.

Cependant, le RLM (Reichsluftfahrtministerium, ministère de l'Air du Reich) décida d'évaluer l'avion dans le cadre des efforts pour procurer à la Luftwaffe un nouveau bombardier moyen. Des prototypes supplémentaires furent commandés, et le premier d'entre eux, Do 17V4 fut à l'origine du futur dessin général, en étant doté de deux dérives avec gouvernail. Le fuselage, quelque peu plus court que celui des trois exemplaires initiaux, était de construction métallique, les plans étant également de construction de ce type, avec un revêtement de même matériau. Les Do 17V4, V6, et V7 étaient propulsés , comme les trois premiers prototypes, par des BMW VI en V de 660 ch, et le V7 fut le premier appareil avec l'armement installé. Les moteurs du V5 étaient des Hispano-Suiza 12Y de 770 ch. Le Do 17V8 spécialement allégé et équipé de moteurs poussés créa un considérable intérêt lors de la Compétition Militaire Internationale de Zurich en juillet 1937, car ses performances éclipsaient clairement les meilleurs chasseurs présents, en particulier le monoplan français Dewoitine D.510 alors considéré généralement comme un excellent chasseur de construction européenne, bien que dans le même temps, le Messerschmitt Bf 109 fut en cours de mise en production. Cependant, malgré le fait que le démonstrateur de Zurich ait été une machine spécialement préparée, il était indéniable que la Luftwaffe possédait maintenant un bombardier moyen très impressionnant.

Dans le même temps, deux versions de production avaient été mises en service actif dans plusieurs escadrilles de la Luftwaffe, et en 1938, elles furent intégrées à la Légion Condor pour participer à la guerre d'Espagne. Ces modèles étaient le bombardier Do 17E-1 équipé de moteurs BMW VI de 750 ch et capable d'emporter 1.760 livres (800 kg) de bombes et sa contrepartie dédiée à la reconnaissance Do 17F-1. Les premières unités équipées furent les KG 153 (Kampfgeschwader 153) et KG 155.

Impressionné par les performances du V8 à Zurich, le gouvernement yougoslave passa commande de vingt exemplaires d'une version exportation désignée Do 17K équipée de moteurs radiaux Gnome-Rhône 14N de 985 ch qui amélioraient la vitesse et le rayon d'action. Ce modèle fut par la suite construit sous licence en Yougoslavie, et quand les Allemands envahirent ce pays en avril 1941, 70 machines étaient en service. Les quelques appareils qui survécurent aux combats furent alloués aux forces aériennes croates après l'occupation nazie. Afin de maintenir le niveau de performance du Do 17 en relation avec celui des chasseurs contemporains, deux nouveaux modèles dotés de moteurs à compresseur furent mis en production, le Do 17M (moteurs BMW Bramo 323A de 900 ch) et le Do 17P (moteur BMW 132N de 865 ch), correspondants généralement aux modèles E et F.

Deux séries expérimentales, le Do 17R et le Do 17S donnèrent naissance au Do 17U, un bombardier de recherche doté de moteurs Daimler-Benz DB 600A, puis au modèle Do 17Z. Ce dernier équipé de moteurs BMW Bramo 323A ou Bramo 323P de 1.000 ch avait une partie avant du fuselage plus anguleuse en forme de bulbe et plus de 500 exemplaires de ce modèle furent construits pour des missions de bombardement, reconnaissance et entraînement. Le Do 17Z, dont la charge de bombes atteignait 2.200 livres (1.000 kg), fut le plus fiable bombardier allemand pendant les premiers temps de la Deuxième Guerre mondiale (Blitzkrieg), mais il souffrit face aux chasseurs anglais lors de la bataille d'Angleterre (début juillet 1940 à fin octobre de la même année). Il fut vu en action en Russie, et fut finalement retiré en 1942.

Deux exemplaires de pré-production Do 17Z-0 redésignés Do 215V1 et V2 devinrent des démonstrateurs pour les étrangers avec respectivement, des moteurs Bramo et Gnome-Rhône. Une seule commande à l'export fut passée pour 18 Do 215A-1 doté de moteurs DB 601A par les Suédois, mais ces avions furent repris par la Luftwaffe avant la livraison. Ils furent suivis par une centaine de Do 215B, ces avions étant globalement identiques à l'exception du B-5, un chasseur/appareil d'intrusion de nuit pourvu d'un nez solide contenant six canons. Par la suite, le développement fut continué avec le Do 217.

La production du Do 17, en incluant l'ensemble des modèles, atteignit environ 2.140 exemplaires. Le modèle fut remplacé par les plus modernes Do 217 et Ju 88, et la fabrication fut arrêtée à la mi-1940. Au fur et à mesure de l'expansion de la Deuxième Guerre mondiale, le Do 17 fut utilisé dans de nombreux types de missions sur le théâtre d'opérations européen. Il fut employé lors de l'invasion de la Pologne, début septembre 1939 (opération Fall weiss), et les avions du I./KG 2 en particulier, participèrent à la bataille de la Bzura (ou bataille de Kutno) du 9 au 22 septembre 1939. Le Do 17 fut employé pour des missions de reconnaissance sur longue distance, lors de l'invasion du Danemark et de la Norvège (opération Weserübung, au printemps 1940), participa aux opérations en France, et mena des attaques lors de l'évacuation de Dunkerque (mai-juin 1940). Le bombardier fut ensuite engagé lors de la bataille d'Angleterre, puis plus tard, effectua des missions à altitude moyenne contre des villes et des centres industriels britanniques (Blitz, hiver 1940 et printemps 1941). D'autres appareils de ce type furent vus dans les Balkans, lors de l'invasion de la Grèce et de la Crète. Le Do 17 fut employé par la suite, lors de l'invasion du territoire soviétique en juin 1941 (opération Barbarossa, Unternehmen Barbarossa), mais il montra de nouveau ses limites en capacité d'emport et en rayon d'action, sur ce vaste théâtre d'opérations, et en 1941, cet appareil fut retiré progressivement des missions de bombardement.

Cependant cet avion fut encore employé comme chasseur de nuit dans la campagne de défense du Reich jusqu'en 1944, et pour remplir ces missions, plusieurs machines de type 17Z, furent converties en Z-7 Kauz I et Z-10 Kauz II. D'autres Do 17 furent utilisés pour la formation des équipages, ou servirent de réserve de pièces détachées, et certains furent employés comme remorqueur de planeur. Les avions de ce groupe arrivèrent trop tard pour aider les troupes allemandes prises dans la poche de Stalingrad, mais ils participèrent à la retraite de la 17e armée, depuis la zone de Kouban, au début 1943, en apportant du matériel chargé à bord de planeurs DFS 230. Egalement, en juillet 1944, ces avions convoyèrent des troupes sur le plateau du Vercors, afin de mener une action contre la Résistance française.


Vue d'un Do 17Z-2 (origine : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un bombardier Do 17Z-2 du 15/KG 53 ("Kroaten"), front Est, septembre 1942. Armement : six mitrailleuses MG 15 de 7,9 mm, une dans le nez, une devant la cabine, une de chaque coté en arrière du cockpit, un ventrale et une défensive en arrière de la cabine. Charge de bombes, jusqu'à 1.000 kg en soute interne. Equipage de quatre hommes.
Plan d'un Do 17Z-2 (origine : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson)


- En complément, vue d'un bombardier moyen de reconnaissance Dornier Do 17E-1, code 27-8 appartenant à l'unité de bombardement expérimentale VB/88 (ou Aufklärungsgruppe, Groupe de reconnaissance 88) de la Légion Condor. Bien que destiné à effectuer des missions de reconnaissance, cet appareil effectua aussi bien, souvent des sorties de bombardement.
- Autre complément, vue d'un Dornier Do 17, code 27-4, A./88, Légion Condor. Bien que ce bombardier moderne fit ses débuts pendant la guerre d'Espagne dans l'unité VB/88, il remplaça rapidement les Heinkel He 70 du A./88 dans les missions de reconnaissance stratégique. Cet exemplaire survécut au conflit et fut employé plus tard dans la Ejército del Aire (armée de l'air espagnole établie début octobre 1939). Origine des documents, livre Air War over Spain - Rafael A. Permuy López.


Source partielle : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson.

Do 17Z-2            
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1000 ch              BMW Bramo Fafnir 323P                             
Envergure/Span 18,00 m    Longueur/Length 15,79 m    Hauteur/Height 4,56 m     Poids total/Weight 8.560 kg       
Vitesse/Speed 360 km/h à 4000 m Plafond/Ceiling 7.000 m    Autonomie/Range 1.160 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens