Dewoitine-D.371          

Dewoitine D.500

juin 1932 Dewoitine-D.501

Vue d'un chasseur D.500 (photo : Histoire de l'Aviation Militaire Bill Gunston - TRH Pictures) Vue d'un chasseur Dewoitine D.500 à train fixe (1932).

Le Dewoitine D.500 fut conçu pour répondre à une spécification de 1930, émise par l'Aéronautique Militaire française (ancêtre de l'Armée de l'Air créée début avril 1933), correspondant à un chasseur destiné à remplacer les biplans Nieuport-Delage NiD.62/622, alors en service. Afin de satisfaire cette demande, la compagnie dirigée par Emile Dewoitine produisit un élégant monoplan à aile basse et cockpit ouvert, de structure métallique et revêtement travaillant de même matériau, avec un train principal fixe à large voie dont les roues étaient carénées, et dont le moteur étant un douze cylindres en V Hispano-Suiza 12 Xbrs de 500 ch.

Le vol du premier prototype du D.500 (F-AKCK) fut effectué en juin 1932, et cet appareil fut finalement à l'origine d'une série de chasseurs qui fut produite, en comptant tous les types, environ 310 exemplaires. Comparativement, peu d'entre eux furent fabriqués par la maison mère, la grande majorité étant construite par Lioré et Olivier, et d'autres étant produits par la compagnie Loire. La commande initiale passée par le gouvernement français en novembre 1933, comprenait quatre prototypes, et un peu plus d'une dizaine de D.500/D.501 d'origine Dewoitine, plus quarante D.500 et cinq D.501 issus de la compagnie Lioré et Olivier. Le D.501 était globalement identique au D.500, mais il était équipé d'un propulseur Hispano-Suiza 12 Xcrs, une version dotée d'un canon placé entre les deux rangées de cylindres, et tirant à travers le moyeu de l'hélice.

Les premières livraisons du D.500 commencèrent au printemps de l'année 1935, et plus tard, environ une centaine de ces chasseurs furent livrés à l'Armée de l'Air. Des livraisons équivalentes du D.501 furent effectuées, et elles s'élevèrent à un total d'environ 145 machines, en incluant trente exemplaires destinés à l'Aviation Maritime. Le premier vol d'une variante améliorée désignée D.510, fut effectué en août 1934. Ce chasseur était doté d'une gouverne de direction de plus grande taille, équipé d'un moteur Hispano-Suiza 12 Ycrs (d'une puissance de 860 ch), dont l'installation avait été revue, et il bénéficiait aussi de plusieurs autres perfectionnements. Tous ces éléments permirent au D.510 d'être le premier appareil français à dépasser la vitesse de 250 mph (400 km/h) à son altitude de vol. Par la suite, environ 120 D.510 furent fabriqués, dont 90 d'entre eux furent livrés à l'Armée de l'Air.

Au milieu de l'année 1938, environ 60 D.500 et environ 105 D.501 étaient en service opérationnel en première ligne dans les 2e, 3e, 4e, 5e, et 8e Escadres de Chasse, tandis que environ 70 D.510 étaient en service dans la 1er Escadre, en France, et dans le 5e Groupe Autonome, en Tunisie. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, les GC I/1 (Groupe de Chasse), II/1, et I/8 étaient encore équipés de D.510, et quelques D.501 restaient en service en France, dans les Escadrilles Régionales 561 et 562. Au moment de la défaite de la France (armistice signé le 25 juin 1940), quelques-uns parmi ces chasseurs étaient encore en service dans les GC III/4 et III/5, en Afrique du Nord.

Les exportations du chasseur Dewoitine effectuées avant la guerre, peuvent être estimées à environ 50 machines au total. Ces monoplans furent achetés par la Chine (environ 25 D.510C), le Royaume du Hedjaz (Arabie Saoudite, deux D.510), le Japon (deux D.510J), la Lituanie (petite quinzaine de D.501L), le Royaume-Uni (un D.510A), l'U.R.S.S. (un D.510R), et le Venezuela (trois D.500V). Cependant, il n'est pas confirmé que les avions destinés au Venezuela aient été livrés, et certains pensent que quelques chasseurs prévus pour la Lituanie furent finalement livrés au camp républicain, pendant la guerre d'Espagne, de la même manière que ceux prévus pour Hedjaz.

Le D.500 fut apprécié des pilotes, et son moteur, dans la version D.510 lui permettait d'atteindre environ 400 km/h. Ce dernier modèle fit partie d'un plan de réarmement voté en 1934 qui prévoyait la construction de plus de 1.300 appareils comprenant ce chasseur, et les bombardiers Amiot 143 et Potez 540. La production fut difficile à mettre en oeuvre car les constructeurs avaient déjà un programme chargé et les derniers avions neufs, mais dépassés, sortirent en 1937-1938. L'armement d'un D.510C.1 était composé d'un canon Hispano HS-9 de calibre 20 mm tirant à travers le moyeu de l'hélice, et d'une mitrailleuse MAC 34 (Manufacture d'Armes de Châtellerault) de 7,5 mm logée dans chaque aile. En juin 1938, les avions la famille D.500, désormais périmés, constituaient la majorité des effectifs des appareils de chasse en France.


Source partielle : Fighters 1919-1939 - Kenneth Munson.

D.500               
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 690 ch                Hispano-Suiza                                     
Envergure/Span 12,09 m    Longueur/Length 7,74 m     Hauteur/Height            Poids total/Weight 1.710 kg       
Vitesse/Speed 370 km/h à 4000 m Plafond/Ceiling 11.000 m   Autonomie/Range 860 km         


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939