Tupolev-Ant-40 (ps-40)             

Tupolev ANT-40 (SB)

octobre 1934 Tupolev-Tu-2

Vue de Tupolev SB (origine : Air War over Spain - Rafael A. Permuy López) Vue d'un groupe de bombardiers Tupolev SB en vol, lors de la guerre d'Espagne, avec en premier plan, l'appareil immatriculé 37.

La conception des bombardiers fit comparativement, peu de progrès durant la première douzaine d'années après la fin de la Première Guerre mondiale. Puis, en une rapide succession, il apparut dans plusieurs pays, un certain nombre de conceptions pour des bombardiers monoplans bimoteurs, d'une ligne élégante, dotés d'un train d'atterrissage rentrant, et offrant des performances bien supérieures à celles de la plupart des chasseurs alors en service. Parmi ces appareils, on trouvait le Blenheim, le Martin Model 139 (B-10), le Heinkel He 111, et un avion contemporain proche de ces trois modèles fut le SB (Skorostnoi Bombardirovshchik, bombardier rapide), désigné aussi ANT-40, conçu par Aleksandr Aleksandrovitch Arkhangelski, du bureau d'études Tupolev.

Ce bombardier était une évolution des plus anciens chasseurs bimoteurs ANT-21 (Tupolev MI-3) et ANT-29 (Tupolev DIP), et répondait à une spécification de 1933 (contraintes, vitesse maximale 205 mph, 330 km, rayon d'action 430 miles, 700 km, et charge de bombes de 1.100 livres, 500 kg). Sa structure entièrement métallique de lignes extrêmement claires, était de type semi-monocoque, avec un revêtement lisse en Duralumin, de type travaillant. Deux prototypes furent construits, motorisés respectivement, d'abord avec des radiaux Wright Cyclone (ANT-40 2RTs, Rait Tsiklon), puis avec des M-85 de même type développant 700 ch, et avec des moteurs en V Klimov M-100 (ANT-40 2IS, Hispano-Suiza) d'une puissance unitaire de 750 ch, dans le but d'essais comparatifs. Le premier vol fut réalisé début octobre 1934, par le premier modèle, et la machine dotée de M-100 vola pour la première fois en décembre 1934. Les deux appareils répondaient à la demande officielle, mais l'avion à moteurs M-100 dépassait si largement les caractéristiques requises, que ce modèle fut choisi pour devenir le SB-2 de production en série. La configuration du bombardier ressemblait à celle du Blenheim, avec une aile médiane et une dérive unique, des différences étant le train d'atterrissage principal laissant une partie des roues à l'extérieur après repli (par mesure de sécurité, lors d'un atterrissage train rentré), et le montage de deux mitrailleuses ShKAS de calibre 7,62 mm installées dans la partie avant vitrée de forme sphérique. L'armement comprenait aussi deux mitrailleuses de même type, une montée sous un capot coulissant en arrière du cockpit, et une autre ventrale orientée vers l'arrière. La charge de bombes, en soute interne, atteignait 2.205 livres (environ 1.000 kg). Une particularité était les radiateurs de forme cylindrique qui donnaient l'impression de moteurs radiaux. L'équipage comprenait trois membres, un navigateur/bombardier/mitrailleur avant, un pilote, et un opérateur radio/mitrailleur arrière.

Les essais de validation furent terminés à la mi-1935, la production fut rapidement lancée par la suite, et les unités de la force aérienne soviétique (VVS, Voenno-Vozdushnye Sily), reçurent leurs premiers avions l'année suivante. Cependant les premiers exemplaires fabriqués, référencés SB-2M, souffrirent d'une pauvre qualité de construction, et étaient de performances inférieures à celles du prototype. D'autres défauts étaient le cockpit étroit, la mauvaise visibilité du pilote vers l'avant et vers le bas, et le champ de tir réduit des armes défensives. En 1936, le moteur M-100A d'une puissance unitaire de 860 ch devint le standard, mais deux années plus tard, il fut remplacé par le M-103 de 960 ch (SB-2-M-103). Les améliorations apportées sur les variantes SB bis, bis2, et bis3, qui servirent de prototypes, furent l'agrandissement de la partie avant de la cabine donnant plus de place au bombardier et au pilote, le renforcement de la structure, le montage de support externes permettant l'emport de bombes de 250 kg ou de 500 kg, et de réservoirs supplémentaires, et la possibilité d'adapter un train d'atterrissage à skis. Le montage de la mitrailleuse ventrale fut revu, et de nouvelles nacelles et radiateurs, donnant une ligne plus profilée et améliorant la visibilité latérale du pilote, furent adoptés. Ces nouvelles nacelles, testées fin 1937 et début 1938, furent intégrées en production en 1939. Un petit nombre de SB fut équipé de moteurs M-104 de 1.100 ch, et quelques machines reçurent des M-106 de 1.200 ch. Le moteur M-105 de 1.050 ch équipa les derniers modèles construits en 1940, et la même année, le cockpit arrière à verrière coulissante fut remplacé par une tourelle MV-3 commandée manuellement, ressemblant à celle d'un Hudson.

Le SB-2 connut un certain succès lors de la guerre d'Espagne (1936-1939), parce qu'il surpassait la plupart des chasseurs du côté Nationalistes. Cependant, l'appareil surnommé localement Katiuska, ne fut livré qu'en un peu plus de 90 exemplaires, en trois lots de trente machines chaque. Le gouvernement central de la Chine Nationaliste acquit des bombardiers de ce type entre 1937 et 1939. Un total d'environ 290 appareils furent fournis, et ces avions furent employés lors de la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945), et d'autres exemplaires furent aussi livrés en 1940-1941. Les SB-2 soviétiques furent également efficaces durant la guerre d'Hiver (guerre soviéto-finlandaise, de fin novembre 1939 jusqu'à mars 1940). Bien que dépassés au début de la Deuxième Guerre mondiale, les bombardiers SB remplirent cependant un service réduit, et restèrent en première ligne jusqu'en 1944.

En mars 1937, le gouvernement tchécoslovaque signa un contrat pour la fourniture de ces bombardiers, et l'acquisition d'une licence. Une trentaine de SB-2 furent livrés et équipés de moteurs Hispano-Suiza 12 Ydrs construits par Avia, et par la suite environ 110 avions de ce type furent fabriqués localement par les usines Aero et Avia. Environ quarante de ces appareils furent transférés ultérieurement à la force aérienne de la Bulgarie durant la Deuxième Guerre mondiale, et la plupart des exemplaires restants furent récupérés par les Allemands.

La production totale du SB et de ses variantes, en incluant 200 SB-RK (ou Ar-2) de bombardement en piqué, fut réalisée dans les Zavod Nos. 22 et 125, et atteignit environ 6.670 exemplaires. En 1937, plus d'une dizaine d'appareils pouvaient être fabriqués par jour.


Vue d'un Tupolev SB des Forces Républicaines (origine : Air War over Spain - Rafael A. Permuy López) Vue d'un bombardier bimoteur Tupolev SB. Ce moderne bimoteur soviétique fut le composant principal de la force de bombardement, du côté des Républicains. Un peu plus de 90 avions de ce type arrivèrent en Espagne, en trois lots de trente appareils chaque, et ils servirent dans les Grupos Nos. 12 et 24. L'avion représenté, immatriculé Blanc 51, faisait partie de la dernière 4e Escuadrilla.

Tableau des variantes :
Désignation Caractéristiques
USB (M-103) Version d'entraînement construite en un nombre assez important (peut-être 500-600 exemplaires), mais seule une partie fut formée d'appareils nouvellement construits, les autres étant des conversions du modèle SB. Le USB avait une partie avant de fuselage légèrement plus longue, pour accueillir un instructeur placé dans un cockpit ouvert, et un système de double commande (la longueur passait à 12,52 m). Un prototype converti fut testé en septembre 1937, et les essais furent poursuivis au NII (Nauchno-Ispytatel'nyi Institut, institut de test scientifique) VVS (Voenno-Vozdushnye Sily, forces aériennes militaires), avec un appareil modifié, en mars 1938.
SB-MN (Men'she nesushchie, voilure de surface réduite) Modèle aussi connu comme MMN, Modi-fikatsiya men'she nesushchie. Variante ayant comme le SB-RK, une voilure plus avancée et d'une surface réduite, et recevant des moteurs M-105 à compresseur développant 1.050 ch. Les éléments de queue étaient aussi plus petits, et l'appareil pouvait emporter la même charge de bombes que celle d'un SB. L'armement défensif comprenait trois mitrailleuses ShKAS de calibre 7,62 mm, la partie avant avait été étendue et redessinée, et deux réservoirs supplémentaires de carburant de 200 litres avaient été installés dans les ailes. Le prototype du SB-MN, une conversion d'un SB bis3, fut essayée au début de l'année 1939, et soumise aux essais officiels en septembre. Capable d'atteindre une vitesse d'environ 460 km/h, cet avion ne fut pas accepté par les forces militaires, et fut finalement pris en charge par l'Aeroflot.
SB-RK (Ar-2) (Razreznoe krylo, aile à fente) Bombardier en piqué devant recevoir initialement des volets à double fente faisant office également de freins de piqué, mais finalement, de plus classiques freins en forme de lattes, commandés électriquement, furent placés sous le bord d'attaque des ailes. La partie avant revue, portait une unique mitrailleuse orientable ShKAS logée dans une cône transparent. Les essais officiels furent terminés en 1939, et le RK fut mis en production dans le Zavod No. 22. Renommés Ar-2 (Arkhangelski), les avions de production avaient des moteurs M-105R de 1.050-1.100 ch entraînant des hélices VISh-22F, et le dessin des nacelles des moteurs fut amélioré avec le déplacement des radiateurs dans les ailes. L'armement défensif comprenait quatre mitrailleuses ShKAS, la charge de bombes, emportée sur supports externes, en plus de la charge interne, atteignait 1.500 kg, et la vitesse maximale était d'environ 480 km/h à 4.700 m. Un total de 200 à 230 Ar-2 furent construits entre 1940 et 1941, et ce modèle fut remplacé par la suite par le Pe-2 et le Tu-2.
DI-8 (ANT-46) Chasseur biplace équipé de moteurs radiaux Gnome-Rhône 14K Mistral Major, d'une puissance unitaire de 670-800 ch, équipé de quatre canons sans recul montés sous les ailes. La conception fut commencée en novembre 1934, et le premier fut à la suite, effectué début août 1935. Les essais furent poursuivis jusqu'en juin 1936, mais le ANT-46 ne dépassa pas le stade des essais. La vitesse maximale était seulement d'environ 390 km/h, et les performances de cet appareil étaient généralement inférieures à celles du SB de base.
SBB-1 (Skorostnoi blizhnyi bombardirovshchik, bombardier rapide à court rayon d'action) Avion doté de deux dérives, développé depuis le Ar-2, et testé au début de l'année 1940. Légèrement plus petit que le modèle d'origine, avec une surface de voilure de 46 m2. Construction utilisant quelques parties en contre-plaqué. Cet appareil qui atteignait une vitesse de 540 km/h ne fut acceptée pour une production en série.
PS-35 (ANT-35) Appareil de transport civil de structure entièrement métallique, reprenant les ailes, le train d'atterrissage, des parties des éléments de queue, et un nombre d'autres équipements du bombardier SB, mais avec un nouveau fuselage. Cet appareil répondait à une spécification émise en 1934, pour un avion rapide destiné à succéder au lent ANT-9. Premier vol effectué en août 1936.
PS-40/PS-41 (ANT-40) Version civile du SB développée en 1937, et désignée PS-40 (ANT-40). Poids total de 6.400 kg, vitesse maximale de 340 km/h. Modèle destiné au transport de courrier et de fret, mais transport de six passagers également possible. Livraison à l'Aeroflot d'un unique modèle d'entraînement USB, après les essais réalisés en mars 1938, afin de former les équipages. Par la suite, mise en service du type PS-41 doté de moteurs M-103U de 960 ch, et d'un poids total supérieur porté à 7.000 kg. Ce modèle, utilisé principalement pour le transport de courrier, avait une capacité en carburant augmentée. Les PS-40 et PS-41 furent exploités par l'Aeroflot, et aussi employés pendant la Deuxième Guerre mondiale, comme avions militaires de liaison.

Annexe : avions soviétiques (1917-1941)

Source partielle : livre Soviet Aircraft and Aviation 1917-1941 - Lennart Andersson (ISBN 0-8517-7859-3).
SB-2                
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 830 ch               Klimov M-100                                      
Envergure/Span 20,33 m    Longueur/Length 12,27 m    Hauteur/Height 3,25 m     Poids total/Weight 6.100 kg       
Vitesse/Speed 410 km/h à 4.000 m Plafond/Ceiling 8.500 m    Autonomie/Range 1.200 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939