Mcdonnell wright-Xv-1                

McDonnell XF-85 Goblin

août 1948 Mcdonnell-Xf-88

Vue d'un XF-85 (photo : Jane's pocket book 12 Research and experimental aircraft - Michael J.H. Taylor) Vue d'un chasseur parasite expérimental XF-85 lors des essais de largage et d'accrochage depuis un bombardier porteur spécialement adapté B-29 (EB-29B, immatriculation 44-84111).

Le McDonnell XF-85 Goblin était un intercepteur parasite propulsé par réaction. Ce chasseur fut développé à l'origine comme une partie du système de défense du très grand bombardier à long rayon d'action équipé de six moteurs, Consolidated-Vultee B-36. Le XF-85 fut conçu pour être emporté dans la soute à bombes frontale du B-36, puis lancé depuis un support en forme de trapèze dépliable. L'engin devait être récupéré en s'accrochant au retour de mission à ce même trapèze, grâce à son crochet. Il était prévu que l'appareil parasite puisse être ravitaillé, recevoir des signaux radio et des informations radar, et bénéficier d'une maintenance, alors qu'il était rangé dans la soute de l'avion porteur.

Un contrat couvrant le développement initial fut signé entre McDonnell et l'U.S. Air Force début octobre 1945, et en 1947, un chasseur Lockheed F-80 fut utilisé pour simuler l'accrochage du XF-85, quand celui-ci serait terminé. Après les vols libres, le chasseur parasite fut testé en conditions un peu plus réelles, en décollant avec son avion porteur et en étant essayé en mode captif. Un premier vol libre fut effectué depuis un plus ancien bombardier B-29 spécialement adapté, au-dessus de la base Muroc, fin aout 1948.

Cependant, la première tentative d'accrochage au retour fut faite à une altitude de 25.000 pieds (environ 7.620 m), dans des conditions de vent difficiles (turbulences dues à l'appareil porteur et à des avions accompagnateurs). Le trapèze du B-29 heurta la verrière du XF-85, en explosant le Plexiglas, et le pilote Edwin Schoch fut touché à la tête, mettant son casque et son système d'alimentation en oxygène hors d'usage. Le pilote mit son masque d'oxygène de secours sur son visage, puis parvint à ramener son appareil au sol, en effectuant un atterrissage d'urgence sur les patins de secours de l'avion, à une vitesse d'environ 170 mph (250 km/h).

Le XF-85 s'était révélé instable en vol, aussi l'efficacité des plans de queue fut améliorée, avec le montage de petites dérives verticales à l'extrémité des plans d'origine. Par la suite, plusieurs accrochages furent réussis, lors d'une petite dizaine de vols d'essai, et le premier fut réalisé en octobre 1948. Cependant, le concept de l'utilisation de cet avion parasite, comme partie du système de défense du bombardier B-36 fut abandonné fin octobre 1949, et finalement seuls deux appareils de ce type (référencés 46-0523 et 46-0524) furent construits.

Le XF-85 qui était extrêmement compact et trapu, avait une cellule très courte de construction métallique, avec un grand crochet rétractable installé dans la partie avant. Cet élément se rangeait vers la partie frontale de l'avion, et déplié, il suspendait la machine en un point proche de la verticale de son centre de gravité. Les ailes qui pouvaient être repliées, la charnière se trouvant à l'emplanture, avaient une flèche de 34° et un dièdre négatif de 4°. Les éléments de queue qui comprenaient six plans, avaient été disposés en étoile autour de la partie arrière du fuselage, afin d'éviter d'avoir à les replier lors du rangement en soute. Afin d'améliorer le comportement de l'appareil, des éléments verticaux furent ajoutés aux extrémités des ailes au cours du développement. Ce chasseur compact était équipé d'un réacteur Westinghouse 24C (J34-WE-22) d'une poussée de 3.000 lbf (1.360 kgp), et était dépourvu de train d'atterrissage afin du gagner du poids. Cependant, il pouvait se poser, grâce à un large patin métallique disposé sous le fuselage complété de stabilisateurs sous les ailes. L'armement prévu était composé de quatre mitrailleuses Browning de calibre 12,7 mm.

Dans le passé, des essais avec des avions parasites avaient déjà été effectués. On peut citer, les dirigeables de l'U.S. Navy, Akron (ZRS-4) et Macron (ZRS-5), qui emportaient des biplans Curtiss F-9C Sparrowhawk, afin de mener des missions de reconnaissance plus lointaines. Côté anglais, des essais d'emport de chasseurs à bord de dirigeables militaires avaient aussi été faits, dès 1918, avec un Sopwith Camel accroché à un dirigeable rigide Classe 23 (23r), puis en 1925, avec un Gloster Grebe, accroché au R.33. Egalement, les Soviétiques essayèrent dans le cadre de projets Zveno (conduits par Vladimir Sergeyevich Vakhmistrov), l'emport de chasseurs portés par des bombardiers, d'abord Tupolev TB-1 bimoteur portant deux chasseurs monoplans Tupolev I-4 en 1931-1933, puis bombardier quadrimoteur TB-3 portant divers chasseurs, trois Polikarpov I-5, un Grigorovitch I-Zet et deux Polikarpov I-16, et finalement, trois I-5, un I-Zet, et deux I-16.


Source partielle : Jane's pocket book 12 Research and experimental aircraft - Michael J.H. Taylor (ISBN 0-3560-8409-4).

XF-85               
Moteurs(s)/Engine(s)   1 réacteur de 1360 kgp                      Westinghouse J34-WE-22                            
Envergure/Span 6,47 m     Longueur/Length 4,53 m     Hauteur/Height 2,52 m     Poids total/Weight 2.190 kg       
Vitesse/Speed 840 km/h             Plafond/Ceiling 15.000 m   Autonomie/Range 1 h 20 min     


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions expérimentauxAvions expérimentaux