Douglas-Dc-3          

Douglas DC-4

juin 1938 Douglas-Dc-6

Vue d'un DC-4 de la compagnie South African Airways Vue d'un quadrimoteur de transport civil DC-4 de la compagnie South African Airways. Vue agrandie, Douglas DC-4-1009, immatriculation ZS-AUB, cn 42984, "Outeniqua", de la même compagnie, Johannesburg - Rand (Germiston), Afrique du Sud, septembre 2008.

Les études du DC-4 d'origine, un contemporain du réussi bimoteur DC-3, furent entreprises à la mi-1935, afin de répondre à une demande d'un nombre d'opérateurs intérieurs américains, pour un avion de transport civil d'une capacité d'environ cinquante places, et d'une autonomie moyenne pouvant aller jusqu'à 2.500 miles (4.020 km). Deux prototypes répondant à cette spécification furent construits, et le vol inaugural du premier (DC-4E, NX18100) fut effectué début juin 1938, les moteurs étant quatre Pratt & Whitney R-2180 Twin Hornet de 1.150 ch. Ce DC-4 des débuts, bien que certifié en mai 1939, fut rejeté par les compagnies qui considéraient qu'un appareil d'une capacité moindre serait plus viable économiquement. Par conséquent, Douglas commença à travailler sur un avion plus petit doté d'une dérive unique (le premier DC-4 avait des plans de queue portant trois dérives), ayant une capacité maximale de 42 passagers. American Airlines, Eastern Air Lines, et United Air Lines passèrent des commandes pour un total d'environ soixante exemplaires de la version plus petite, mais au moment ou le prototype effectua son premier vol, en février 1942, les Etats-Unis étaient engagés dans la Deuxième Guerre mondiale, et tous les avions de transport en production, le DC-4 inclus, furent réorientés vers les organisations militaires américaines.

Le DC-4 fut fabriqué en grand nombre pendant la guerre, comme C-54 pour l'U.S. Air Force, et R5D pour l'U.S. Navy (référence générale Skymaster), et finalement, la production fut arrêtée en août 1947, après la construction d'environ 1.080 Skymaster militaires et environ 80 DC-4 de transport civil (DC-4-1009). Un nombre substantiel de machines militaires faisant partie des surplus, furent remises sur le marché civil, et le type devint l'un des standard employé pour rééquiper les flottes des compagnies internationales majeures, dans les premières années avant l'apparition d'avions de ligne de la génération d'après-guerre. Le modèle connut une longue carrière, puisque environ 200 avions de type DC-4 étaient encore en service commercial à la fin des années 1960. La capacité de ces appareils variait de 44 à 86 passagers suivant l'aménagement intérieur, mais la plupart étaient utilisés pour du transport de fret, avec des modifications appropriées comprenant un plancher renforcé, et de larges portes de chargement latérales.

Une conversion du type fut faite au Royaume-Uni, par Aviation Traders, pour aboutir au ATL.98 Carvair de transport qui fut construit en une vingtaine d'exemplaires. Une autre variante, qui fut employée jusque dans les années 1970, fut une conversion d'une capacité de 40/55 sièges effectuée par Canadair connue sous la désignation C-4 North Star. Ce modèle fut construit en premier pour la R.C.A.F. (Royal Canadian Air Force), et comprit plus d'une trentaine de C-54G militaires dotés de moteurs en ligne Rolls-Royce Merlin 620 de 1.740 ch, et modifiés de manière appropriée sur le plan structurel. Un peu plus de cinq exemplaires de ce lot furent prêtés à la compagnie Trans-Canada Air Lines (TCA), qui exploita ces appareils non pressurisés portant la référence civile DC4M-1. Ils furent mis en service en avril 1947, mais furent remis à la R.C.A.F. l'année suivante. Ces avions furent remplacés par environ vingt DC-4M-2, qui comprenaient un certain nombre d'améliorations issues du DC-6, comme la pressurisation, et les vitres de cabine passager de forme anguleuse. Ces quadrimoteurs furent mis en opération sur les lignes transatlantiques par TCA en avril 1948. A la suite des résultats décevants obtenus avec l'Avro Tudor, la compagnie BOAC passa une commande pour un peu plus de vingt DC-4M-2 en 1948, et ces avions furent mis en service vers l'Extrême-Orient à partir de août 1949, sous le nom de classe 'Argonaut'. A la fin des années 1950, la flotte fut vendue à des compagnies associées à BOAC, des sociétés indépendantes, ou des forces militaires. British Midland Airways exploitait encore un petit nombre d'exemplaires de ces machines à la fin de l'année 1966.


Vue d'un Douglas DC-4 (peut-être le F-BELL) d'Air France à Orly en septembre 1955 (photo aimablement fournie par Georges Cantin). Cet aéroport proche de Paris dont la partie Orly-Sud fut inaugurée en novembre 1952, complétait celui du Bourget. On distingue dans le fond la queue particulière d'un Lockheed Constellation. Vue d'un DC-4 d'Air France à Orly (photo fournie par Georges Cantin)

En janvier 1954, la flotte de la compagnie Air France, modernisée au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale comprenait des Douglas DC-3 et DC-4 (première livraison en 1946), des Bloch 161 Languedoc, et des avions dotés de turbopropulseurs Vickers Viscount dont le confort était particulièrement apprécié des voyageurs. Les robustes Breguet 763 "Deux Ponts" et les majestueux Lockheed Constellation qui traversaient de manière quotidienne l'Atlantique Nord étaient aussi appréciés de la clientèle.

Source partielle : Civil Airliners since 1946 - Kenneth Munson.

DC-4                
Moteurs(s)/Engine(s)   4 moteurs à pistons de 1350 ch              Pratt & Whitney R-2000-2SD1-G Twin Wasp       
Envergure/Span 35,81 m    Longueur/Length 28,64 m    Hauteur/Height 8,40 m     Poids total/Weight                
Vitesse/Speed 395 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresDouglasDouglas