Morane-saulnier-G                  

Morane-Saulnier H

année 1912 Morane-saulnier-L

Vue d'une réplique de Morane-Saulnier H (photo : JN Passieux, meeting Ferté-Alais 2003) Vue d'une réplique de monoplan Morane-Saulnier H, immatriculation F-AZMS, année de construction 1988 (meeting de la Ferté-Alais en 2003).

La société aéronautique française Morane-Saulnier (Société Anonyme des Aéroplanes Morane-Saulnier) fut fondée en 1911, à Puteaux, par Robert et Léon Morane et Raymond Saulnier, un ancien collaborateur de Louis Blériot. Dès juillet 1910, à Issy-les-Moulineaux, les frères Morane furent les premiers pilotes au monde à dépasser la vitesse de 100 km/h avec une pointe à environ 105 km/h.

En septembre 1912, Georges Legagneux (1882-1914), à bord d'un Morane-Saulnier type H avait arraché à Roland Garros le record d'altitude que celui-ci venait d'obtenir à Houlgate sur un Blériot XI. Approché par Morane et Saulnier, Roland Garros décida de passer au service de la jeune firme du boulevard Péreire. Il acheta sur ses fonds propres l'appareil de Legagneux et partit à Tunis reconquérir son record (5.610 m, soit 18.405 pieds, homologués par l'Aéro-club de France en décembre). A la suite, le 23 septembre 1913, à bord du Morane H propulsé par un moteur rotatif Le Rhône, Roland Garros traversa la Méditerranée entre Fréjus et Bizerte, soit un vol de 700 km dont 500 km au-dessus de la mer et devint alors le premier aviateur à avoir relié l'Europe et l'Afrique.

Egalement en 1913, mais plus tôt dans l'année, le pilote Marcel Brindejonc des Moulinais (1892-1916), avait effectué un tour d'Europe sur un Morane-Saulnier type H. Parti de Paris (Villacoublay) le 10 juin 1913, il arriva à Varsovie environ 14 heures plus tard. En Pologne, il continua dans un circuit des capitales d'Europe (un peu plus de 4.800 kilomètres parcourus entre mi-juin et début juillet 1913), Varsovie, Dwinsk (Lettonie), Saint-Pétersbourg, Stockholm, Copenhague, La Haye et retour à Villacoublay le 2 juillet. A son retour, il reçut une ovation exceptionnelle et les journaux du monde entier louèrent l'audace du jeune aviateur. Aussi, de début janvier à début février 1914, avec un Morane de même type doté d'un moteur Gnome de 60 ch, le pilote ayant beaucoup volé dans les colonies françaises (au Tonkin, en Cochinchine, au Cambodge, et en Annam), Marc Pourpe (1887-1914), réalisa avec son mécanicien Raoul Lufbery, un voyage en remontant le Nil, depuis Héliopolis (Le Caire) jusqu'à Khartoum (Soudan), puis le retour. Ce raid d'une longueur d'environ 4.500 km en six étapes, et sous le patronage officiel de Lord Horatio Herbert Kitchener (1850-1916), alors consul général d'Egypte, fut accompli en partie au-dessus de régions désertiques.

Le modèle Morane obtint de bons résultats dans les compétitions de l'époque. Avec un type hydravion à flotteurs, Garros termina deuxième dans l'épreuve de la Coupe Schneider de 1913, derrière un Deperdussin doté d'un moteur beaucoup plus puissant, Gustav Wilhelm Hamel (1889-1914), avec un modèle H converti pour la course avec des ailes raccourcies, gagna au Royaume-Uni le Aerial Derby de 1913 à la vitesse moyenne de 76 mph (environ 110 km/h), et une autre machine modifiée gagna l'Aerial Derby de 1914, avec l'américain Walter Laurence Brock (1886-1964) aux commandes, pilote qui fut vainqueur ultérieurement, avec le même monoplan biplace, dans d'autres courses (Londres-Manchester et Hendon-Paris).

Le modèle H et le presque identique biplace G furent employés par les militaires en France, avec respectivement un peu plus de 90 biplaces type G, et 26 type H monoplaces commandés par l'Aviation Militaire, ces appareils étant référencés officiellement, dans l'ordre, MoS-2 et MoS.1. Le lot de modèles G comprenait une part d'hydravions désignés GA (moteur Le Rhône de 60 ch), et GB (moteur Gnome de 80 ch, et envergure augmentée). Au début de la Première Guerre mondiale, ces avions furent employés pour mener des missions de reconnaissance, et leurs équipages engagèrent occasionnellement le combat en utilisant leurs armes personnelles, puis ils furent rapidement retirées et utilisées pour la formation. Le R.F.C. (Royal Flying Corps) acquit également un petit nombre de ces avions, en réquisitionnant des machines civiles au début de la guerre, et commanda auprès de Grahame-White, en deux lots, une petite quarantaine d'appareils construits sous licence au Royaume-Uni. Le type H britannique fut employé principalement pour l'entraînement, mais quelques exemplaires furent mis en service actif (Squadrons Nos. 4 et 12).


- En complément, timbre commémoration du vol accompli par Roland Garros, première traversée de la Méditerranée effectuée le 23 septembre 1913. Timbre Monaco, poste aérienne, 1963.


MORANE H            
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 50 ch                 Gnome Omega rotatif                               
Envergure/Span 9,12 m     Longueur/Length 6,28 m     Hauteur/Height 2,45 m     Poids total/Weight 395 kg         
Vitesse/Speed 150 km/h             Plafond/Ceiling 5.000 m    Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions débuts aviationAvions débuts aviation