Boulton and paul-P.82 defiant         

Boulton and Paul Balliol

mai 1947 Boulton and paul-P.111 (p.120)

Vue d'un Balliol T. 2 (photo : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford) Vue d'un avion d'entraînement avancé Balliol T. 2, immatriculation VR 596.

Le Balliol avait son origine dans l'appareil de formation évoluée désigné par le constructeur P.108, qui fut produit pour répondre à une spécification du ministère de l'Air (Air Ministry Spec. T. 7/45). Cette demande correspondait à un avion d'entraînement avancé triplace (enseignant et élève placés côte à côte en poste avant et élève supplémentaire profitant de l'apprentissage en poste arrière) propulsé par un unique turbopropulseur. Equipé temporairement d'un Bristol Mercury 30 de 820 ch, le premier prototype, immatriculé VL 892, effectua son vol inaugural fin mai 1947. Fin mars 1948, un second prototype immatriculé VL 917 et équipé d'un unique turbopropulseur Armstrong Siddeley Mamba vola pour la première fois, ce qui constituait une première mondiale pour une machine dotée d'une seule turbine. Un second prototype doté également d'un Mamba et répertorié VL 935 vola en mai 1948, et l'avion d'origine immatriculé VL 892 fut ultérieurement aussi doté d'une turbine Mamba.

Comme les essais étaient poursuivis avec cet avion, l'intérêt du ministère de l'Air pour un avion d'entraînement triplace à turbine déclinait, et la décision fut prise de revenir à un appareil plus conventionnel, biplace à moteur à pistons. Cette nouvelle conception fut incluse dans la spécification Spec. T. 14/47, et le propulseur choisi fut le Rolls-Royce Merlin 35 largement disponible dans les surplus. Quatre prototypes équipés de ce moteur furent construits, et le premier, répertorié VW 897, vola pour la première fois en juillet 1948.

Cette version fut désigné Balliol T. 2, et un lot d'un peu plus de quinze avions de pré-production fut commandé (registre VR 590 à VR 606), afin de mener des essais intensifs, avec comme but le remplacement du très reconnu Harvard. Deux Balliol de cette pré-production appartenant à la Central Flying School furent présentés lors du R.A.F. Display, à Farnborough, en 1950, ou ils donnèrent une fine démonstration de voltige synchronisée. De larges commandes avaient été passées pour le Balliol, mais elles furent réduites en 1951, quand de nouveaux changements dans la politique des avions d'entraînement orientèrent cette dernière vers un type à réaction pour l'instruction avancée. En conséquence, le Balliol ne forma l'équipement que d'une école, la Flying Training School No. 7, à Cottesmore, East Midlands. Ces avions servirent par la suite au R.A.F. College, à Cranwell, Lincolnshire. La production du Balliol T. 2 (Mk. 2) atteignit environ 180 exemplaires, dont trente construits dans l'usine Blackburn. Le premier appareil de production, immatriculé WF 989, vola pour la première fois en avril 1952 et les derniers Balliol en service furent exploités par le Squadron No. 288, à Middle Wallop, Hampshire.

La spécification prévoyait diverses formes d'entraînement, opérations de jour et de nuit, armement de bombes et de mitrailleuses, capacité de remorquage de planeurs, et le dessin général devait prendre en compte un embarquement naval possible, avec le train d'atterrissage renforcé et une crosse d'appontage. La variante spécialisée et destinée à la Fleet Arm Arm, fut désignée Sea Balliol T. 21. Ce modèle adapté à l'embarquement sur porte-avions (T. Mk. 21), fut construit en une trentaine d'exemplaires, et servit dans le Squadron No. 781, à Lee-On-Solent, Gosport, Hampshire, et dans le Naval Air Squadron No. 1843 de la Fleet Air Arm, à Abbotsinch, Glasgow. Quelques Balliol servirent aussi de plateforme pour des essais (matériaux d'absorption des ondes radar), et un lot de douze Balliol Mk. 2 fut fourni à la force aérienne, à Ceylan. L'armement d'un Balliol T. 2 était constitué d'une mitrailleuse Browning de calibre 7,7 mm montée dans l'aile gauche, et l'avion pouvait emporter quatre roquettes pesant chacune 60 livres (27 kg).

Balliol, fondé en 1623, est l'un des plus grands collèges de l'université d'Oxford. La convention d'attribution des noms de la R.A.F. préférait désigner les purs avions d'entraînement, pas ceux issus d'une conversion depuis d'autres modèles, par des noms en relation avec l'éducation ou des établissements d'enseignement, comme par exemple pour le Airspeed Oxford, les Avro Tutor et Athena (un concurrent du Balliol), les Percival Prentice et Provost, ou encore le de Havilland Dominie.


Source partielle : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford.

BALLIOL T. 2        
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 1.245 ch              Rolls-Royce Merlin 35                             
Envergure/Span 11,99 m    Longueur/Length 10,71 m    Hauteur/Height 3,81 m     Poids total/Weight 3.815 kg       
Vitesse/Speed 460 km/h à 2740 m Plafond/Ceiling 9.910 m    Autonomie/Range 3 h à 350 km/h


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes