Martin-Agm-12 bullpup

Martin B-26 Marauder

Martin-B-57 canberra

Vue d'un B-26 Marauder IA (photo : Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford) Vue d'un bombardier moyen B-26 Marauder IA (immatriculation FK 375), de la Royal Air Force. Ce modèle était l'équivalent d'un B-26B américain.

Le B-26 Marauder répondait à la même spécification (Circular Proposal 39-640), émise par l'U.S.A.A.C. (U.S. Army Air Corps), que le B-25 Mitchell. Conçu par Peyton S. Magruder de la compagnie Martin Aircraft (Glenn L. Martin), à Baltimore, Maryland, son modèle de base était le Martin 179 qui fut proposé dans la compétition de 1939, et très rapidement, une commande pour un peu plus de 200 exemplaires du type fut passée, sans que les essais préliminaires du prototype aient été effectués. Le vol inaugural du B-26 fut effectué fin novembre 1940 (cn 40-1361 piloté par William K. Ebel), l'armement étant alors réduit par rapport aux modèles qui suivirent, à cinq mitrailleuses défensives. Le bombardier moyen était un bimoteur à aile haute d'une surface relativement réduite, ayant un fuselage de section circulaire, et un unique plan vertical de queue. La cellule était de construction entièrement métallique, avec un revêtement travaillant de même matériau. Les moteurs étaient des radiaux à refroidissement par air Pratt & Whitney R-2800-5 Double Wasp d'une puissance unitaire de 1.850 ch entraînant des hélices quadripales. Le train d'atterrissage était de type tricycle. L'équipage comprenait de cinq à sept membres suivant les versions.

Les premières livraisons dans les unités de l'U.S.A.A.C. furent effectuées en 1941, et dans cette même année apparut aussi la version B-26A. Ce modèle avait un armement de nez et défensif de queue plus puissant, le montage de réservoirs supplémentaires dans la soute à bombes était possible, et l'avion pouvait emporter une torpille sous le fuselage, à l'extérieur. Cette charge particulière fut utilisée au début des combats lors de la bataille de Midway, début juin 1942, mais ne fut plus beaucoup employée par la suite. Lors de ces combats, de nombreux Marauder furent perdus, et le résultat de ces attaques ne fut pas une réussite. Le B-26A fut produit en environ 140 exemplaires, et fut d'abord mis en oeuvre depuis des bases australiennes au printemps 1942. Ce bombardier fut aussi mis en action depuis des bases situées en Alaska (îles Aléoutiennes), pour des attaques de navires en 1942, et en Afrique du Nord.

La variante suivante fut le B-26B doté de moteurs plus puissants et d'un armement plus important (deux mitrailleuses de calibre 12,7 mm le long du fuselage en partie basse, de chaque côté, et deux mitrailleuses de calibre 7,62 mm dans le nez). La fabrication de ce modèle fut d'environ 1.880 exemplaires, mais seulement les environs 640 derniers B-26B (ainsi que les B-26C construits dans l'usine d'Omaha, Nebraska) bénéficièrent, de nouvelles ailes d'une envergure augmentée (passant de 19,81 à 21,64 mètres), d'une dérive plus haute (passant de 6,05 m à 6.55 m), et de volets supplémentaires placés à l'extérieur des nacelles des moteurs, afin d'améliorer le comportement de l'avion lors des atterrissages et de résoudre quelques autres problèmes. Le B-26B fit ses débuts en combat opérationnel en Europe en mai 1943, et devint ultérieurement, parmi les bombardiers moyens alliés, l'un employé de manière la plus intensive sur ce théâtre d'opérations. Le B-26C fut fabriqué en environ 1.210 exemplaires, et ce modèle était globalement semblable au B-26B précédent. Ces avions furent suivis du B-26F construit en 300 exemplaires, sur lequel l'incidence des plans avait été augmentée, afin d'améliorer les performances au décollage, et d'ainsi, réduire le taux d'accident. Le modèle final fut le B-26G qui différait peu du type F, et cette variante fut fabriquée en environ 950 exemplaires, le dernier appareil étant livré en mars 1945.

De nombreux autres Marauder furent fabriqués pour le compte de l'U.S.A.A.F. (United States Army Air Forces), comme avions d'entraînement AT-23 ou TB-26, et d'autres furent fournis à l'U.S. Navy, en environ 225 exemplaires, comme JM-1. Le modèle XB-26H fut employé pour tester un train d'atterrissage composé de deux roues simples montées en tandem sous le fuselage, complétées de deux roulettes de stabilisation logées sous les nacelles des moteurs. Ces essais furent effectués pour savoir si un train de ce type pouvait être utilisé sur le B-47 et le bombardier expérimental Martin XB-48.

Le bombardier moyen américain fut fourni à la R.A.F. et à la S.A.A.F. (South African Air Force), dans le cadre du programme Lend-Lease (Prêt-Bail). Les livraisons furent d'environ cinquante B-26A (Marauder I), environ 200 B-26C (Marauder II), et environ 150 B-26F et B-26G (Marauder III). Le Marauder I avait l'envergure initiale de 65 pieds, alors que les II et III avaient l'envergure portée à 71 pieds. De la même manière que les bombardiers frères, Maryland et Baltimore, le Marauder fut utilisé largement sur le théâtre d'opérations de la Méditerranée, par la R.A.F. et la S.A.A.F. Le Squadron No. 14 devint opérationnel avec ces machines en janvier 1943, et fit voler ses bombardiers pour mener des raids contre des navires. Plus tard, les appareils de la Desert Air Force, opérèrent en support direct des forces alliées envahissant la Sicile, la Sardaigne et l'Italie, et à la fin du mois de mars 1944, ces avions avaient largué environ 180.000 tonnes de bombes sur des cibles tactiques ou stratégiques.

Dans les premiers temps, le B-26 avait eu une mauvaise réputation auprès des équipages, et avait même été surnommé "Widow maker", à cause de son atterrissage à haute vitesse et de ses caractéristiques de vol particulières. En pratique, les nombreux accidents constatés au début de la carrière du bombardier, étaient dus à l'inexpérience des pilotes qui menaient un avion lourd, ayant une forte charge alaire, et ayant un comportement inhabituel et non familier. Finalement, le Marauder lourdement armé, volant de jour en formation serrée, était capable de mener correctement les opérations tout en pouvant subir des dégâts relativement importants dus à la défense au sol ennemie. Au final, le B-26 termina la guerre avec un taux de pertes remarquablement bas. Sa construction atteignit, en incluant toutes les versions, environ 5.160 exemplaires.

Vue d'un B-26B-55 (origine : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un B-26B-55 Marauder du 598e Bomber Squadron, 397e Bomber Group, 9e Air Force, juin 1944. Armement défensif : onze mitrailleuses Browning de 12,7 mm (deux en tourelle dorsale Martin 250CE à commande électrique, deux en tourelle de queue Martin Bell, deux latérales au niveau de la tourelle de dos, une dans le nez, et deux tirant vers l'avant, montées de chaque côté en partie basse du fuselage, permettant de faire des attaques au sol à basse altitude de type "strafing", une mitrailleuse de calibre 7,62 mm dans le nez, et un maximum de 5.200 livres (2.360 kg) de bombes en soute interne.
Plan d'un B-26B-55 (origine : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson)

Source partielle : Bombers 1939-1945 - Kenneth Munson.

B-26B               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1920 ch              Pratt & Whitney R-2800-43 Double Wasp         
Envergure/Span 21,64 m    Longueur/Length 17,75 m    Hauteur/Height 6,55 m     Poids total/Weight 16.785 kg      
Vitesse/Speed 455 km/h à 4575 m Plafond/Ceiling 6.615 m    Autonomie/Range 1.850 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens