Parseval-sigsfeld-Ballons             

Paulhan-Tatin Aéro-Torpille

octobre 1911 Paulhan-Biplan

Vue du Paulhan-Tatin Aéro-Torpille (photo : JN Passieux, musée de l'Air et de l'Espace du Bourget) Vue de la maquette du monoplan Paulhan-Tatin Aéro-Torpille numéro 1, datant de 1911. Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, hall principal, mai 2022.

Louis Paulhan (1883-1963), fut un excellent pilote et également un concepteur et constructeur d'avions. Après avoir participé à la fabrication du dirigeable Ville de Paris en 1907, Paulhan gagna plusieurs courses dans les années qui suivirent, en particulier, fin avril 1910, avec un biplan Farman, la course Londres-Manchester organisée par le journal Daily Mail, face à l'Anglais Claude Grahame-White (1879-1959). Plus tard, il fit construire par les chantiers d'aviation Fabre (Sartrouville), un appareil auquel il avait donné le nom de machine à voler. Cet aéroplane fut présenté l'Exposition internationale de la Locomotion Aérienne de Paris en octobre 1910 et fut fabriqué en deux exemplaires, dont l'un fut expédié en Angleterre, fin février 1911.

Paulhan fut aussi associé en 1911, au concepteur vétéran Victor Tatin (1843-1913), pour la construction d'une machine expérimentale appelée Aéro-Torpille (torpille aérienne). Tatin était un scientifique reconnu qui avait expérimenté divers types de modèles volants, et en 1879, avait créé le premier appareil capable de décoller par ses propres moyens. Le monoplan monoplace avait un fuselage en bois de section circulaire remarquablement profilé, qui effectivement ressemblait à une torpille, et des ailes aux extrémités relevées vers le haut. Son moteur rotatif Gnome Omega d'une puissance de 50 ch, complétement intégré et logé au centre de la cellule, entraînait une hélice bipale propulsive Régy Frères d'un diamètre de huit pieds (2,40 m), par l'intermédiaire d'un long arbre de transmission.

La cellule de cet avion était basée sur une structure conventionnelle en bois, stabilisée par des contreventements métalliques de section carrée. Cet ensemble portait une série de couples circulaires et des longerons supportant le revêtement entoilé. La partie entourant le moteur était formée de panneaux ajourés en aluminium, pouvant être démontés afin d'accéder au propulseur. Un joint universel reliait à l'origine la sortie du moteur à l'arbre de transmission, mais la rigidité suffisante du fuselage permit de supprimer cet élément, l'arbre étant cependant supporté par des roulements à billes tenus par des câbles, afin d'éviter son battement. Les plans hauts étaient tenus par des tirants en acier, ceux situés en arrière permettant le gauchissement des ailes afin de gérer le contrôle latéral. Les plans de queue, également tenus par des tirants, étaient formés d'un plan horizontal portant les gouvernes de profondeur, et d'un petit plan vertical de forme rectangulaire, compensé et totalement orientable. Le train d'atterrissage conventionnel était formé de deux roues principales portées par un essieu attaché à la cellule par deux bras semi-elliptiques, articulés à l'avant et attachés à l'arrière par des cordons élastiques. Cet ensemble était complété par un long et solide patin de queue. Le poste du pilote était situé juste devant le bord d'attaque des ailes.

Cette machine vola suffisamment bien en 1911-1912 pour que Tatin la décrive comme un bon projectile, mais son efficacité n'était pas aussi remarquable que ce que son apparence suggérait, à cause en particulier d'un problème de refroidissement du moteur, et le projet fut abandonné par la suite et l'aéroplane vendu à un aviateur italien. Le Aéro-Torpille, qui fut remarqué lors de sa présentation à l'Exposition internationale de la Locomotion Aérienne de Paris en 1911, atteignit lors des essais une vitesse d'environ 150 km/h (93 mph).


- En complément, vue latérale du monoplan Paulhan-Tatin Aéro-Torpille (document Gallica, Pionniers, Vieilles Tiges, avril 1973).

Source partielle : Source partielle : Pioneer Aircraft 1903-1914 - Kenneth Munson (ISBN 0-7137-0500-0).

PAULHAN AERO-TORP   
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 50 ch                 Gnome Omega rotatif                               
Envergure/Span 8,50 m     Longueur/Length 8,50 m     Hauteur/Height            Poids total/Weight 440 kg         
Vitesse/Speed 150 km/h             Plafond/Ceiling            Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions débuts aviationAvions débuts aviation