Astra-Biplan                  

Dirigeables Astra

année 1904 Astra-Triplan

Vue du dirigeable Adjudant Réau (photo : Gallica - Agence Meurisse, 1912) Vue du dirigeable Astra Adjudant Réau.

La compagnie Astra fut fondée début 1908, par le magnat du pétrole et aussi grand mécène de l'aéronautique naissante, Henri Deutsch de la Meurthe (1846-1919), avec l'aide de son neveu Henri Kapferer (1870-1958). Deux collaborateurs importants de cette entreprise furent Edouard Surcouf (1862-1938), et Pierre Clerget (1875-1943), qui devint plus tard, connu dans le domaine des moteurs.

Cette société fut d'abord un important fabricant français de ballons et dirigeables, au début du 20e siècle, avant de produire des avions. Vers l'année 1908, les dirigeables réussis Lebaudy-Julliot furent à l'origine d'un regain de confiance dans ce type d'aéronefs plus légers que l'air, en France, et même le gouvernement laissa de côté son hésitation antérieure, à propos du passage de commandes pour des ballons à usage militaire de ce genre. Egalement, sans doute possible, un autre facteur qui contribua au changement d'avis par rapport aux dirigeables, était la crainte que des Zeppelin puissent arriver en nombre depuis le pays voisin, maintenant que l'armée allemande montrait un intérêt plus prononcé pour ce type d'appareil. Aussi, Lebaudy-Julliot était alors en compétition avec les sociétés Astra et Zodiac, qui avaient commencé à construire des ballons non rigides.

Un des premiers dirigeables construit par Astra, fut le Ville de Paris, conçu par la firme automobile Clément-Bayard. Cet aéronef fabriqué par Astra Société des Constructions Aéronautiques, ainsi que ceux de la même classe, étaient d'un intérêt particulier. En effet, ces appareils était dotés d'une queue originale, formée à l'origine de quatre à huit éléments cylindriques gonflés à l'hydrogène, pouvant être groupés par paires, et servant de stabilisateurs. En section, vue de derrière, l'ensemble ressemblait à une feuille de trèfle.

Astra divisa sa production en trois groupes principaux, un comprenant les dirigeables à un seul moteur et une seule hélice (huit construits), un autre comprenant les ballons à deux moteurs et deux ou trois hélices (un et quatre exemplaires construits, respectivement), et un dernier groupe constitué de ballons de type Astra-Torrès. Ces derniers dirigeables avaient une forme trilobée, et intégrait un intéressant élément de conception, avec la forme de l'enveloppe maintenue par un fort gréement intérieur, ainsi que par un large ballonnet interne d'une capacité de 500 m3, maintenu gonflé par un ventilateur d'un débit atteignant 7.200 m3 à l'heure. Le câblage interne faisait que le modèle Astra-Torrès pouvait être rangé dans la catégorie des semi-rigides, et permettait de suspendre la cabine à une faible distance de l'enveloppe. La conception de cet appareil était dérivée à l'origine, d'une machine due à l'Espagnol Leonardo Torrès Y Quevedo (1852-1936), qui avait volé en mars 1911, en France, et qui avait été réparée en partie dans les ateliers Astra, situés à Issy-les-Moulineaux (environs de Paris).

Le prototype du dirigeable du premier groupe fut le Ville de Paris, qui effectua environ soixante vols réussis les années 1907 et 1908. Il avait été construit pour des besoins sportifs, et avait été commandé par Henri Deutsch de la Meurthe, mais fut finalement donné au gouvernement français en 1907, après la perte du dirigeable militaire Patrie (un Lebaudy d'un volume de 3.150 m3, perdu fin novembre 1907). Le Ville de Paris fut basé à Verdun, Meuse, d'où il partit en décembre 1907, pour accomplir un voyage en boucle jusqu'à Sartrouville-Lagny, en couvrant les environs 70 miles (110 km) en un peu moins de quatre heures. Fin décembre, il réalisa un vol équivalent (140 km). Son vol le plus long fut effectué en janvier 1908, lors d'un voyage jusqu'à Sartrouville et Valmy, puis retour à Verdun, soit un trajet d'environ 150 miles (240 km), couvert à la vitesse moyenne de 23 mph (37 km/h). En 1908, cet appareil fut modifié dans les ateliers de Chalais-Meudon, près de Paris où l'enveloppe du ballon fut renouvelée et agrandie, et fut installée une hélice plus efficace. L'aéronef modifié, qui reçut le nom Ville de Paris II, fut alors capable d'atteindre une vitesse maximale d'environ 28 mph (45 km/h). Durant les dernières années de sa carrière, cet excellent et fiable dirigeable servit de machine d'instruction pour le personnel de l'armée.

Un dirigeable construit pour un usage civil par Astra, fut le Ville de Lucerne, auparavant Ville de Pau. Cet appareil fut exploité par la Compagnie Générale Transaérienne, en alternance sur les deux sites de cette entreprise, et avant la Première Guerre mondiale, il avait transporté environ 2.600 passagers, en un peu moins de 270 voyages, sans aucun contre-temps. En 1913, le gouvernement britannique acheta un dirigeable de type Astra-Torrès, qui vola jusqu'à Farnborough, et fut désigné No. 3 (H.M.A. n° 3). Au début de la Première Guerre mondiale, la Royal Navy utilisa cet aéronef, dans des missions de reconnaissance photographique, au-dessus d'Ostende et de Zeebrugge, en Belgique, puis il fut utilisé pour l'entraînement de nouveaux équipages de dirigeables. Le modèle Astra-Torrès fut également à la base du type Coastal, dans ce pays.

Quand la guerre débuta, en août 1914, l'armée française possédait un certain nombre de dirigeables, mais seulement le Adjudant Vincenot et le Dupuy de Lôme, dans le type Clément-Bayard, étaient d'une valeur militaire réelle. Le dernier dirigeable nommé fut confondu avec un Zeppelin allemand par la défense anti-aérienne française, et fut abattu dans la région de Reims (Courcy), fin août 1914.


Tableau de dirigeables construits par Astra :
Modèle Classification Date Volume Remarques
Ville de Paris   1904 3.195 m3 Commandé par Henri Deutsch de la Meurthe. Finalement donné au autorités françaises, et basé à Verdun, Meuse. Longueur 60,42 m, diamètre 10,50 m, capacité d'emport 3.520 kg (7.760 livres). Moteur Chenu de 70 ch, entraînant une hélice bipale Voisin d'un diamètre de 6,0 m. Equipage de deux personnes.
Ville de Paris II   1906 3.800 m3 Evolution du Ville de Paris. Modifié au niveau de l'enveloppe et doté d'une hélice plus efficace. Utilisé par l'armée, et basé à Verdun, Meuse. Longueur 66,00 m, diamètre 10,20 m.
Ville de Nancy (auparavant Ville de Bordeaux) Astra III 1909 3.300 m3 Modèle civil, exploité par la Compagnie Générale Transaérienne.
Clément Bayard Astra IV 1909 3.500 m3 Modèle militaire, construit également sous la même forme, pour le compte de l'armée espagnole, désignation España (Astra VI).
Colonel Renard Astra V 1909 4.200 m3 Modèle militaire. Fut le vainqueur du prix des aérostats, lors de la Grande Semaine d'aviation de la Champagne qui se déroula à Reims-Bétheny en août 1909 (50 km parcourus en un peu moins de 1 heure 20 min).
Ville de Lucerne (auparavant Ville de Pau) Astra VII 1909 4.500 m3 Modèle civil, exploité par la Compagnie Générale Transaérienne. Liaisons assurées, dans les années 1910-1912, pour une riche clientèle, entre la ville de Biarritz (hiver) et Lucerne, Suisse (été).
Ville de Bruxelles Astra VIII 1910 8.300 m3 Modèle civil. Détruit à Louvain, en mai 1911.
Lieutenant Chauré Astra X 1910 8.850 m3 Modèle militaire.
Adjudant Réau Astra XI 1910 8.950 m3 Modèle militaire. Etablit un record de distance en septembre 1911, en parcourant 850 km en 21 heures et 23 min (circuit de Paris à Belfort, et retour, passage par Epernay, Verdun, et Toul dans un sens, Vesoul et Troyes dans l'autre sens). Détruit dans un incendie survenu au sol lors du gonflement, à Verdun, début mai 1914. Longueur 86,80 m, diamètre 14,00 m. Deux moteurs Brasier de 120 ch.
Eclaireur Conté Astra XII 1910 6.650 m3 Modèle militaire, de type éclaireur, jauge moyenne, haute vitesse. Moteurs, deux Chenu de 80 ch. Obtint un record d'altitude en juin 1912, en atteignant une hauteur de 3.050 m à Issy-les-Moulineaux (proche banlieue de Paris).
Transaérien II Astra XIII 1913 9.800 m3 Modèle exporté en Russie.
Adjudant Vincenot CB III 1911 9.800 m3 Modèle militaire, type Clément-Bayard. Armé de fusils, de grenades et de bombes, cet appareil fut le dirigeable français qui fut le plus actif durant la Première Guerre mondiale. Il fut finalement abattu par la défense allemande, début juin 1916, dans le secteur des Eparges, près de Verdun.
Dupuy de Lôme CB IV 1912 9.000 m3 Modèle militaire, type Clément-Bayard. Basé à Maubeuge, il fut abattu par erreur lors d'une mission, par la défense aérienne française, fin août 1914, dans la région de Reims.

Source partielle : Balloons and Airships - Lennart Ege, Kenneth Munson (ISBN 0-7137-0568-X).

ASTRA VILLE DE PARIS
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur de 70 ch                                  Chenu                                             
Envergure/Span            Longueur/Length 60,42 m    Diamètre/Diameter 10,50 m    Volume 3.195 m3       
Vitesse/Speed 35 km/h              Plafond/Ceiling            Autonomie/Range                


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1914-1918Avions militaires 1914-1918