Taylorcraft-Auster i                  

Taylorcraft L-2 Grasshopper

année 1941 Tellier-200 ch canon

Vue d'un L-2M Grasshopper (photo : Gary Chambers) Vue d'un petit appareil de liaison Taylorcraft L-2M Grasshopper. Immatriculation N49774, cn L-5535, Red Wing, Minnesota, Etats-Unis, mai 2005.

Introduit en mars 1941, le Taylorcraft (*) DC-65 Tandem Trainer était une version biplace en tandem du Model BC-65, qui avait été construit en grande quantité durant la période de l'avant Deuxième Guerre mondiale. Le Model D Tandem Trainer était globalement identique au Model B Trainer, mais avait un fuselage plus étroit, et une cabine contenant deux places en tandem dotées d'une double commande. La surface vitrée avait été augmentée, et la forme de la cellule avait été un peu modifiée pour accueillir le deuxième siège. Comme le modèle précédent, cette machine était équipée d'un moteur quatre cylindres à plat à refroidissement par air Continental de 65 ch, mais pouvait aussi recevoir un propulseur Franklin (DF-65) ou Lycoming (DL-65), d'une puissance équivalente. Le modèle Taylorcraft Tandem Trainer avait en particulier, répondu aux demande du Civilian Pilot Training Program (CPTP), un programme de formation au pilotage (1938-1944) parrainé par le gouvernement des Etats-Unis, dans le but déclaré d'augmenter le nombre de pilotes civils, avec un clair impact sur une préparation militaire, et environ 200 exemplaires furent construits, avant que la production ne soit orientée vers le type militaire DCO-65.

Cet appareil, désigné O-57 (plus tard L-2, Grasshopper, sauterelle, en français, désignation commune avec le Aeronca L-3 et le Piper L-4), était un avion léger de liaison et d'observation, qui fut fourni en quatre variantes principales, L-2, L-2A, L-2B, et L-2M, tous ces modèles recevant un moteur Continental O-170-3 de 65 ch, et étant équipés d'une radio. Afin de procurer une meilleure visibilité au pilote et à l'observateur, la partie formant le toit de la cabine avait été remplacée par des panneaux transparents en Vinylite, et pour les mêmes raisons, les emplantures des ailes avaient été découpées en partie, au niveau du bord de fuite. Toujours pour apporter une bonne visibilité, la partie arrière du fuselage avait été amincie, et le poste de l'observateur doté d'une grande fenêtre postérieure de forme bulbeuse. Ce dernier prenait place dans un siège orientable dans deux directions, et disposait d'une tablette.

La dernière version de la série, le L-2M fut doté d'un moteur couvert par un capot, et ses ailes avaient été améliorées, de manière à faciliter les atterrissages sur des terrains d'une surface réduite. Un certain nombre de Taylorcraft civils furent aussi réquisitionnés pour un service dans l'armée, et servirent sous les désignations allant de L-2C jusqu'à L-2L. La compagnie Taylorcraft construisit aussi 250 exemplaires du TG-6 (ST-100), une planeur d'entraînement triplace basé sur la cellule du L-2, mais avec des plans de queue plus grands, et des ailes revues, et quelques-unes de ces machines furent reconstruites avec des moteurs de standard A-65, après la guerre.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, le L-2, petit monoplan capable d'opérer depuis des terrains peu préparés, fut employé par l'U.S. Army Air Forces, pour assurer différents rôles, approvisionnement, reconnaissance, observation, repérage de cibles, guidage de tirs d'artillerie, et également liaison sur courte distance. Il fut mis en oeuvre sur les théâtres d'opérations de l'Europe et du Pacifique. Taylorcraft Aeroplanes Ltd., une filiale basée à Thurmaston, Leicestershire, Angleterre, developpa le Taylorcraft Model D et les Auster Mk. I jusqu'à Mk. V, qui devinrent les modèles principaux employés par le British Air Observation Post (A.O.P.), et furent également utilisés dans les Squadrons No. 664, No. 665, et No. 666 de la R.C.A.F. (Royal Canadian Air Force).

Après le conflit, de nombreux DC-65, auparavant privés, et des L-2 militaires, furent remis sur le marché civil, et achetés par des personnes privées. Finalement, la production du L-2 et de ses variantes atteignit environ 1.980 exemplaires, dont environ 1.040 O-57 (L-2).


Tableau de versions :
Référence Modèle Moteur
L-2C Model DC-65 Continental A-65-8
L-2D Model DL-65 Lycoming O-145-B2
L-2E Model DF-65 Franklin 4AC-150
L-2F Model BF-65 Franklin 4AC-150
L-2G Model BFT-65 Franklin 4AC-150
L-2H Model BC-12 Continental A-65-7
L-2J Model BI-12 Lycoming O-145-B1
L-2K Model BF-12 Franklin 4AC-150
L-2L Model BF-50 Franklin 4AC-150

Vue d'un L-2 Grasshopper (photo : Jane's fighting aircraft of World War II) Vue d'un appareil léger de liaison et d'observation Taylorcraft L-2 Grasshopper. Moteur Continental de 65 ch.


* La firme Taylorcraft Inc. (Conway, Pennsylvanie), fut fondée en 1946 et prit la succession de la Taylorcraft Aviation Corp., qui avait connu la faillite. Cette création fut faite par Clarence Gilbert Taylor qui avait été, à l'origine, le créateur de la Taylor Aircraft Co., datant de 1931, et qui réalisa, à cette époque, le fameux petit Taylor Cub, un biplace en tandem équipé d'un moteur Continental d'environ 40 ch. En 1936, la firme changea de raison sociale et devint la Taylor Aviation Co. L'année suivante, en 1937, l'ancienne société Taylor Aircraft Co. fut réorganisée et prit le nom de Piper Aircraft Corp., et Clarence Taylor fut évincé de cette nouvelle firme, qui connut par la suite un large développement. De son côté, Taylor fonda la Taylor-Young Airplane Company et continua ses travaux, en produisant notamment le Model 50, un biplace côte à côte de même formule que les appareils précédents, équipé d'un moteur Continental, Franklin ou Lycoming d'une puissance d'environ 50 ch. La guerre survint et, en 1940, une nouvelle société vit le jour et prit le nom Taylorcraft Aviation Corporation, toujours présidée par Taylor, et procédait à la production d'une version modifiée et améliorée de son biplace côte-à-côte. Cela dura jusqu'en 1946, date à laquelle la firme fit faillite, et fut remplacée par une autre société. En 1955, Taylorcraft Inc. mit en place un nouveau type de construction pour les avions légers, en introduisant l'usage d'un nouveau matériau à base de fibre de verre (Fiberglas). Ce matériau pouvait être employé pour le revêtement des ailes et des fuselages, mais aussi pour la fabrication de capots, de portes, de sièges, de tableaux de bord, ou encore de réservoirs de carburant.

Source partielle : Airlife's World Aircraft - Rod Simpson (ISBN 1-8403-7115-3).

L-2A                
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 65 ch                 Continental O-170-3-4                             
Envergure/Span 10,80 m    Longueur/Length 6,90 m     Hauteur/Height 2,00 m     Poids total/Weight 590 kg         
Vitesse/Speed 150 km/h             Plafond/Ceiling 3.660 m    Autonomie/Range 480 km         


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1939-1945Avions militaires 1939-1945