Junkers-Ju 87 stuka                  

Junkers Ju 87G

année 1943 Junkers-Ju 88

Vue d'un Junkers Ju 87G-1 (photo : Stuka Ju-87 Lt-Col A.J. Barker) Vue d'un avion biplace d'attaque au sol Ju 87G-1. Les canons de calibre 37 mm sont clairement visibles sous la voilure, et les mécaniciens sont en train de lancer le gros moteur douze cylindres inversé pour le démarrage.

Le Junkers Ju 87 avait été conçu initialement comme un bombardier en piqué (Stuka, Sturzkampfflugzeug), et son premier vol avait été effectué en septembre 1935. Les premières versions de développement et de production avaient été les variantes de type bombardier Ju 87A, B, C, et R, un proche du Ju 87B pouvant être doté de réservoirs supplémentaires. La version majeure suivante qui fut mise en production fut le Ju 87D, dont le développement avait été commencé en 1940. Plusieurs sous-types de ce modèle furent fabriqués, leur principales caractéristiques étant le montage d'un moteur Jumo 211 plus puissant entraînant une grande hélice tripale d'un nouveau dessin, l'augmentation de la capacité des réservoirs de carburant similaire à celle d'un Ju 87R, un radiateur de refroidissement peu profond, une cellule considérablement affinée dotée d'un armement renforcé et d'une protection par blindage des postes de l'équipage plus efficace. La plupart des variantes de type D évoluèrent vers l'attaque au sol, et pouvaient emporter une grande variété d'armes, allant d'une unique bombe de 3.970 livres (1.800 kg) montée sous le fuselage, à une paire de conteneurs montés sous les ailes, recevant chacun jusqu'à six mitrailleuses de calibre 7,9 mm. L'armement défensif était renforcé, puisque constitué de deux mitrailleuses jumelées MG 17 (plus tard deux MG 81). Les freins de piqué installés sur les Ju 87 plus anciens étaient de manière usuelle retirés. Le Ju 87D-5 fut doté d'ailes d'une envergure accrue atteignant 15 mètres, avec des extrémités d'une forme plus anguleuse, et le D-7 fut une version spécialisée dans la chasse de nuit. Les variantes du Ju 87D furent employées en Méditerranée, en Afrique du Nord, et sur le front Est, et équipèrent des escadrilles de la Luftwaffe, ainsi que des unités hongroises et roumaines.

Les propositions de remplacement du modèle D, par des développements désignés Ju 87F et Ju 187, furent abandonnées en 1943, mais une autre variante fut mise en service opérationnel. Ce fut le Ju 87G, qui fut mis en service en 1943, et était un appareil spécialisé dans l'attaque de chars, équipé à cet effet de canons Rheinmetall-Borsig BK 37 (Flak 18) de calibre 37 mm, montés dans des coffres profilés accrochés sous chaque aile. Ces armes pouvaient être remplacées par des bombes pour des missions plus générales d'attaque au sol. Le Ju 87G était globalement une conversion du D-5 à ailes longues, et ce modèle connut un relatif succès en mettant hors d'usage de nombreux tanks soviétiques sur le front Est, avant l'arrivée de chasseurs ennemis d'une classe supérieure, à l'automne 1944. Des machines d'entraînement des pilotes à l'attaque au sol furent produites sous la désignation Ju 87H, ces diverses sous-séries, conversions du D, étant dotées d'un double commande, et de verrières de cockpit modifiées.

Quand la production du Ju 87 fut finalement arrêtée en septembre 1944, plus de 5.700 machines de cette série avaient été construites. Le pilote Hans-Ulrich Rudel (1916-1982) se fit particulièrement remarquer en employant un grande variété de Ju 87, et en étant très efficace dans la destruction de chars soviétiques sur le front Est (en particulier des T-34 qui étaient plus vulnérables à l'arrière). En plus de la mise hors service de peut-être jusqu'à 520 blindés, un autre fait d'arme de ce pilote, fut une attaque à la bombe, réussie fin septembre 1941, contre le cuirassé Marat, alors au mouillage dans le port de Kronstadt, sur la mer Baltique, près de Saint-Pétersbourg.


Vue d'un avion biplace d'attaque au sol et de bombardement en piqué Ju 87D (moteur Junkers Jumo 211 J). A noter les freins de piqué sous les ailes, vers le bord d'attaque, et les sirènes montées chacune d'un côté, en partie haute des jambes du train d'atterrissage principal. Vue d'un Junkers Ju 87D (photo : Jane's fighting aircraft of World War II John W.R. Taylor)

- En complément, vue d'un armurier chargeant le canon de 37 mm d'un Ju 87G-1. Cette puissante arme améliora de façon très nette le potentiel du Stuka contre les blindés.

Source partielle : Fighters 1939-1945 - Kenneth Munson.

Ju 87D-3            
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 1.400 ch              Junkers Jumo 211J-1                               
Envergure/Span 13,80 m    Longueur/Length 11,50 m    Hauteur/Height 3,89 m     Poids total/Weight 6.600 kg       
Vitesse/Speed 410 km/h à 4.115 m Plafond/Ceiling 4.730 m    Autonomie/Range 1.535 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1939-1945Avions militaires 1939-1945