Breguet-410

Breguet 460 Vultur

Breguet-521 bizerte

Vue d'un Breguet 460 (origine : Gallica - l'Aéronautique, Paris, mars 1936) Vue d'un bimoteur de combat et de bombardement Breguet 460 Vultur.

Le Breguet 460 Vultur (Vultur gryphus, Condor des Andes) était un bombardier français des années 1930, qui ne fut finalement construit, avec ses variantes, qu'en un très petit nombre d'exemplaires. Cependant, au moins un avion de ce type fut utilisé pendant la guerre d'Espagne, du côté des Républicains Espagnols.

Le Breguet 460 était un bombardier bimoteur à aile basse initialement référencé par les autorités françaises chargées de l'aviation, comme multiplace de combat, bombardement, et renseignement (programme M4), ce qui correspondait à un appareil pouvant remplir plusieurs fonctions (BCR, Bombardement, Chasse, et Reconnaissance). En fin de compte, le prototype fut modifié en 1934, en s'écartant des spécifications établies pour son prédécesseur, le biplan Breguet 413, de manière à se conformer aux exigences correspondant à un bombardier rapide destiné à la force aérienne française. Le résultat fut un monoplan doté de deux puissants moteurs radiaux Gnome-Rhône 14Kjrs, ayant une silhouette plus fine, mais conservant les éléments de queue dépassés du Breguet 413. En raison de difficultés techniques, la mise en production fut retardée, et quand le premier prototype du Br-460 effectua ses premiers vols (vol inaugural en janvier 1935), il ne put atteindre la vitesse de 400 km/h (250 mph), requise pour un bombardier rapide. A la suite, l'intérêt porté au projet par le ministère de l'Air fut perdu, et ce dernier organisme s'orienta vers les développements d'autres sociétés, comme le Amiot 340 et le LeO 45. Cependant, ces derniers appareils ne furent opérationnels que trois années plus tard (premiers vols en 1937 ou 1938). Fin octobre 1935, le Japon acquit la licence de construction du Breguet 460, alors que cet avion militaire était sur le point de passer ses épreuves techniques.

La construction du Br-460 était métallique, avec un revêtement de même matériau, sauf certaines parties restant entoilées. Les ailes étaient basées sur deux longerons en acier à haute résistance et portaient de nombreux éléments mobiles, volets, ailerons, sur le bord de fuite. L'équipage comprenait cinq personnes, un pilote dans le cockpit supérieur, un chef de bord également navigateur, placé dans le balcon avant, sous le poste de pilotage, un mitrailleur frontal, un autre placé dans la tourelle dorsale, et un dernier chargé aussi des communications radio, logé dans une tourelle à commande électrique, en prolongement de la gondole ventrale. Des bombes de 100 ou de 200 kg pouvaient être accrochés sous le fuselage, ou de chaque côté des nacelles des moteurs, au niveau du logement des jambes du train principal. Egalement, le modèle bénéficiait d'éléments de queue plus modernes qui furent utilisés par la suite sur l'avion de transport civil dérivé, le Breguet 470 Fulgur.

Le début de la guerre d'Espagne (juillet 1936), fut l'occasion pour l'industrie aéronautique française, de fournir quelques avions dépassés, mais aussi de tester de nouveaux développements. Ainsi, c'est dans ce contexte, que le prototype du Br-460 fut fourni aux forces républicaines. La carrière du bombardier utilisé pendant la guerre en Espagne est assez obscure, comme souvent avec les avions utilisés côté loyalistes, mais il est possible que l'exemplaire ait été basé sur l'aérodrome de Celrà (près de Gérone, en Catalogne), vers la fin du conflit, cet appareil appartenant au groupe de nuit numéro 11, avec des Bloch 210. Finalement, cet avion s'écrasa en mer, près de l'Escala, tout l'équipage étant tué dans l'accident.

Le Breguet 462 fut une version modernisée du précédent, bien que d'une allure très semblable, qui effectua son premier vol à la fin de l'année 1936. La partie avant de la cellule avait été revue, afin qu'elle soit plus aérodynamique, et les moteurs étaient des Gnome-Rhône 14N-0/N-1 (sens de rotation opposés), ce qui permettait à cette machine d'atteindre la vitesse de 400 km/h (250 mph). Ce bombardier et avion d'attaque léger pouvait emporter une charge de bombes atteignant environ 1.080 kg. Son armement défensif était constitué d'un canon de 20 mm tirant vers l'avant, et de deux mitrailleuses orientables, une en tourelle dorsale et une tourelle ventrale orientée vers l'arrière, dans le prolongement de la gondole. Le Breguet 462 ne fut produit qu'en un très petit nombre d'exemplaires. Quelques-uns furent employés par le Régime de Vichy, et le modèle fut finalement retiré en 1942.

Le bombardier Br-462 (B.4) avait été présenté au 15e Salon de l'Aviation, tenu en novembre 1936, à Paris, en même temps que la maquette grandeur nature, de l'appareil de transport civil très proche, Breguet 470 T Fulgur. Une évolution du Br-462 envisagée, fut le montage de moteurs de 1.350 ch, ce qui aurait permis d'atteindre peut-être une vitesse d'environ 300 mph (480 km/h).


Vue d'un Breguet 462 (origine : Gallica - l'Aéronautique, Paris, novembre 1936) Vue de profil d'un bombardier Breguet 462, une variante modernisée du Br-460, construite en un très petit nombre d'exemplaires.

Source partielle : site web Wikipedia.

Br-460              
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 815 ch               Gnome-Rhône 14 Kdrs                         
Envergure/Span 20,58 m    Longueur/Length 12,84 m    Hauteur/Height 4,10 m     Poids total/Weight 8.200 kg       
Vitesse/Speed 400 km/h             Plafond/Ceiling 10.000 m   Autonomie/Range 2.000 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939