Douglas-Air-2a genie

Douglas B-18

Douglas-B-66 destroyer

Vue d'une formation de B-18 au-dessus de Manhattan (photo : Histoire de l'Aviation Militaire Bill Gunston - TRH Pictures) Vue d'une formation de bombardiers moyens B-18 au-dessus de Manhattan, à New York. Armement standard d'un B-18A, une mitrailleuse de calibre 7,62 mm dans la tourelle dorsale rétractable, une de même type dans le nez, et une ventrale, charge de bombes en soute interne atteignant 6.500 livres (2.950 kg).

Comme les contours de ses ailes et de ses éléments de queue l'indiquaient clairement, le bombardier moyen Douglas B-18 était un dérivé militaire de l'appareil de transport civil DC-2. Ces caractéristiques, avec l'adoption de deux moteurs radiaux Wright Cyclone, furent combinées à un nouveau fuselage plus large pouvant emporter un équipage de six personnes et comprenant une soute à bombes interne, des ailes d'une envergure plus importante montées en position moyenne plutôt que basse, et un armement défensif monté dans des tourelles, afin de créer sur fonds propres, un prototype qui reçut la désignation constructeur DB-1 (Douglas Bomber 1). Le DB-1 fut l'un des trois projets (les autres étant le quadrimoteur Boeing Model 299 qui donna naissance plus tard au B-17, et le bimoteur Martin Model 146), proposés en réponse à une spécification de 1934, émise par l'U.S. Army Air Corps, pour un successeur au Martin B-10 ayant un rayon d'action plus étendu. Les essais de l'Army furent commencés en août 1935, eurent comme résultats l'adoption des deux projets Boeing et Douglas, et ce dernier fut l'objet en janvier 1936, malgré des qualités moindres que celles de son concurrent, mais grâce à son prix largement inférieur, d'un contrat pour une commande d'environ 130 bombardiers recevant la désignation B-18.

Le prototype DB-1 (dont le premier vol datait d'avril 1935) fut accepté comme premier appareil de ce lot, et les machines qui suivirent furent globalement identiques, à l'exception d'un poids total supérieur du à l'installation d'équipements militaires. Le dernier bombardier de cette première commande, fabriqué à la fin de l'année 1937, différait des autres exemplaires, en ayant une tourelle motorisée de nez montée de manière expérimentale, et cet avion fut désigné DB-2. En juin 1937, l'U.S.A.A.C. passa un ordre d'achat supplémentaire pour environ 180 bombardiers Douglas. Ces appareils, et quarante d'une commande optionnelle d'environ 80 machines, furent construits comme B-18A, dotés de moteurs plus puissants Wright R-1820-53 Cyclone de 1.000 ch (à comparer aux moteurs de 930 ch montés sur le B-18 initial), d'une tourelle dorsale modifiée, et d'une partie avant redessinée. L'ancienne partie avant aux contours adoucis du B-18 était remplacée par une section allongée et très vitrée, contenant en partie supérieure le poste de visée du bombardier qui s'avançait bien en avant de la partie inférieure.

La production fut poursuivie en 1937-1938, et le modèle Douglas fut bien établi comme bombardier standard dans l'U.S. Army Air Corps, bien avant l'entrée des Américains dans la Deuxième Guerre mondiale, en équipant entre autres, le 4e et le 11e Bombing Groups. Au début de l'année 1940, vingt autres bombardiers B-18A furent construits pour la Royal Canadian Air Force. Ces machines, référencées DB-280 chez le constructeur, furent nommées Digby I (d'après le nom de la station de la Royal Air Force, situé à Digby, près de Scopwick, Lincolnshire), par le R.C.A.F. qui les employa pour des missions d'escorte de convois, et de patrouille de lutte anti sous-marine.

Un rôle maritime similaire fut attribué aux bombardiers qui étaient en service côté américain en 1942, quand environ 120 exemplaires furent convertis dans le standard B-18B. Les modifications inclurent la suppression d'une grande partie ou de la totalité des surfaces vitrées de la partie frontale, dans certains cas l'installation d'un radôme contenant un radar de recherche, à l'extrême avant, et sur certains appareils, le montage d'une extension du cône de queue contenant un système de détection des sous-marins (MAD, Magnetic Anomaly Detection). Deux avions de ce type furent fournis aux forces aériennes du Brésil, pour effectuer des missions dans les eaux de l'Amérique du Sud. Le B-18 (parfois surnommé de manière non officielle, Bolo) fut retiré des premières lignes en 1943, termina sa carrière comme avion d'entraînement au parachutage, et un très petit nombre d'exemplaires du B-18A furent transformés en avions de transport désarmés, désignation C-58.

Le bombardier B-18/B-18A avait rapidement montré ses lacunes. En termes de vitesse, rayon d'action, charge emportée, armement défensif et blindage, la conception était trop limitée, et l'U.S. Army Air Corps avait vite admis que l'appareil était dépassé et incapable de remplir les missions sur longue distance pour lesquelles il avait été conçu à l'origine. Cependant malgré ses limites, le B-18 était encore largement déployé en première ligne, notamment à Hawaï, en Alaska, dans les Caraïbes et la zone du canal de Panama, lors de l'attaque japonaise de Pearl Harbor, début décembre 1941 (les appareils de ce type basés à Hawaï et aux Philippines furent presque tous détruits au sol, lors de ces premières attaques). On espérait que cet avion, dont la production totale atteignit environ 350 exemplaires, pouvait combler un vide, en attendant l'arrivée en quantité de nouveaux bombardiers comme le B-17 et le B-24.

La dernière quarantaine de B-18A fut livrée en 1938, comme une variante désignée B-23 Dragon. Cet appareil avait une dérive et une gouverne de direction plus grandes, recevait des moteurs radiaux Wright R-2600-3 Cyclone 14 de 1.600 ch, était doté d'un poste défensif à l'arrière, et également son fuselage avait été revu. L'armement était constitué de seulement quatre mitrailleuses, et les tourelles avaient été supprimées. Le B-23 était plus rapide que le B-18, mais au moment de sa mise en service en 1940, des modèles d'une nouvelle conception, comme le B-25 et le B-26 apparaissaient et offraient un meilleur niveau de performance. Le B-23 fut utilisé pour des missions de patrouille côtière, de l'entraînement, ou fut encore employé dans des programmes d'essais. En 1942, douze machines de ce type furent transformées en avions de transport UC-67.


Vue d'un bombardier léger Douglas B-18B de l'U.S. Army Air Corps. Immatriculation 37-0029, cn 1890, code BI-24, Atwater (Merced) - Castle, Californie, Etats-Unis, mars 2017. Vue d'un Douglas B-18B (photo : Steve Brimley)

Source partielle : Bombers 1919-1939 - Kenneth Munson.

B-18A               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1000 ch              Wright R-1820-53 Cyclone                          
Envergure/Span 27,28 m    Longueur/Length 17,63 m    Hauteur/Height 4,62 m     Poids total/Weight 12.550 kg      
Vitesse/Speed 350 km/h à 3050 m Plafond/Ceiling 7.285 m    Autonomie/Range 1.930 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1919-1939Avions militaires 1919-1939