Sukhoi-Su-17 fitter             

Sukhoi Su-22 Fitter

janvier 1975 Sukhoi-Su-24 fencer

Vue d'un Sukhoi Su-22M3 (photo : Toth Gergely) Vue d'un Sukhoi Su-22M3 (code OTAN "Fitter-J"), de la force aérienne hongroise. Immatriculation 15 rouge, cn 51815, Taszár, Hongrie, fin des années 1980.

Le Sukhoi Su-22 était une version export du chasseur-bombardier Su-17, développé en Union Soviétique et dont le vol inaugural avait été réalisé début août 1966. Le modèle initial, dérivé du Su-7, avait la particularité d'être équipé d'ailes en flèche dont les extrémités pouvaient pivoter (géométrie variable), afin d'améliorer les performances en vitesse subsonique (réduction de la consommation à ce régime, donnant un rayon d'action élargi), et surtout de diminuer la vitesse de décollage et d'atterrissage, permettant ainsi l'emploi de pistes beaucoup plus courtes. La vitesse de décrochage était également réduite, ce qui permettait de voler avec moins de visibilité sans augmenter les risques. Le Su-22 était une variante améliorée du modèle de base, dont le premier vol (type Su-7IG, désignation interne S-32), avait été effectué début juillet 1969.

Le Su-20 fut une première version d'exportation qui correspondait au Su-17M (désignation usine S-32MK), et le Su-22 fut la variante suivante destinée aux mêmes usages. Principalement destiné à l'export, il fut néanmoins employé par l'U.R.S.S., et les anciens membres du pacte de Varsovie,

Le Su-22 était principalement conçu pour le vol à grande vitesse près du niveau du sol. Comme la plupart des chasseurs-bombardiers, il était seulement d'une capacité limitée pour combattre d'autres avions, car son système laser de recherche, détection et illumination (Klen-P), était destiné plus aux cibles au sol, plutôt qu'orienté vers des cibles aériennes. Le Su-22 fut aussi amélioré sur ses systèmes électroniques de recherche, contrôle et acquisition de cibles, et pouvait emporter des équipements destinés à perturber le ciblage et la localisation mis en oeuvre par l'ennemi. En outre, le Su-22 était équipé de systèmes destinés à perturber les moyens de ciblage et de localisation mis en oeuvre par les ennemis. Les modèles destinés aux opérations de reconnaissance pouvaient être dotés d'une large gamme d'équipements et de capteurs.

L'armement standard d'un Su-17M4 était formé d'une paire de canons Nudelman-Rikhter NR-30 de calibre 30 mm, avec une réserve de 80 munitions par arme. Le Fitter était équipé d'au moins dix points d'emport (sur les derniers modèles de production), trois rails sous les ailes de chaque côté, et quatre autres sous le fuselage, et pouvait emporter un grande variété d'armes air-air ou air-sol. Pour les missions d'attaque au sol, l'avion pouvait être équipé de réservoirs de carburant supplémentaires largables, de missiles AS-7 "Kerry", AS-10 "Karen", AS-11 "Kilter", AS-12 "Kegler", et AS-14 "Kedge", de bombes conventionnelles, de bombes à guidage laser ou optique/électronique, de bidons de napalm, de bombes freinées, de bombes à sous-munitions, de conteneurs à roquettes multiples ou de conteneurs portant un canon (GSh UPK-23 ou orientable GSh SPPU-22). Le Fitter pouvait aussi emporter, principalement pour sa propre défense, des missiles air-air, AA-2 "Atoll", AA-8 "Aphid" et AA-11 "Archer". Le poids total de l'armement externe était limité à 8.820 livres (4.000 kg).

Les Su-20/Su-22 furent utilisés par des états du pacte de Varsovie, comme l'Allemagne de l'Est (plus tard avions récupérés par la République Fédérale d'Allemagne), la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, et la Tchécoslovaquie (plus tard Tchéquie). D'autres pays qui employèrent ces avions furent l'Afghanistan, l'Angola, l'Egypte, l'Irak, l'Iran, la Libye, le Nord Viêt Nam, le Pérou, la Syrie, et le Yémen. En tant qu'état membre du pacte de Varsovie, la Pologne fut équipée d'environ 110 Su-22. L'armée de l'air polonaise fut le dernier utilisateur européen de cet appareil, et un programme de modernisation fut mis en cours à partir de février 2015, afin de moderniser la flotte pour lui permettre d'opérer encore sur une dizaine d'années. La production du Su-22, effectuée entre 1974 et 1990, atteignit environ 1.020 exemplaires.


Tableau des versions :
Modèle Modèle export Désignation usine Remarques
Su-17M Su-20 S-32MK Version initiale d'exportation.
Su-17M2D Su-22 "Fitter-F" S-32M2K Essai de montage d'un réacteur Tumansky/Khatchaturov R-29BS-300 (partagé avec quelques MiG-23), d'une poussée avec la réchauffe atteignant 25.335 lbf (environ 11.490 kgp), installé dans la partie arrière du fuselage de forme bombée. A cause du faible gain en performance, et du rayon d'action réduit dû à la plus grande consommation en carburant, il fut décidé de ne proposer ce moteur, que sur une version destinée à l'export. Premier vol effectué fin janvier 1975, avec A. N. Isakov aux commandes. La variante de ce type fut désignée Su-22 "Fitter-F", et fut construite entre 1977 et 1978.
Su-17UM Su-22U "Fitter-E" S-52U Première version d'entraînement biplace, basée sur le Su-17M2, mais avec un fuselage plus profond, doté d'un pare-brise déplacé vers l'avant, la longueur étant la même que celle du Su-17M. Capacité en carburant en interne réduite et canon côté gauche déposé, mais armement et avionique conservés. Premier vol effectué en août 1975, avec V. A. Krechetov aux commandes. Les essais en vol révélèrent une instabilité longitudinale à de grands angles d'attaque, et ce défaut fut corrigé avec le montage d'une dérive plus importante. Version exportation désignée Su-22U, avec un moteur Tumansky R-29. Construction entre 1976 et 1978, mise en service en 1976.
Su-17M3 Su-22M/Su-22M3 "Fitter-J" S-52K/S-52MK Le Su-17M3 "Fitter-H" (désignation usine S-52) était basé sur une cellule révisée du Su-17UM, mais avec un logement pour l'avionique et un réservoir de carburant à la place du cockpit arrière, ce qui portait la capacité en interne à 4.850 litres. Le radar Doppler était déplacé à l'intérieur, en supprimant son carénage, le système de désignation laser était un "Klen-P", et un rail pouvant porter des missiles air-air Vympel K-13 (AA-2 "Atoll") ou R-60 (AA-8 "Aphid") fut ajouté entre les pylônes existants sous chaque aile. Premier vol effectué fin juin 1976, avec V. A. Krechetov aux commandes. La version export équipée d'un Tumansky R-29 et d'une avionique plus simple (équivalente à celle du Su-17M2), fut désignée Su-22M "Fitter-J" (usine S-52K), et son premier vol fut effectué fin mai 1977, avec E. S. Soloviev aux commandes. La version exportation dotée de la même avionique que le Su-17M3, fut désignée Su-22M3 (usine S-52MK). Construction du Su-17 entre 1976 et 1981, construction du Su-22M entre 1978 et 1984. Les Su-17M/Su-22M/Su-22M3 furent les variantes les plus produites, avec presque 1.000 exemplaires fabriqués respectivement.
Su-17UM Su-22UM3/Su-22UM3K S-52UM Variante d'origine de la version entraînement, dotée de la même avionique que le Su-17M. Version exportation désignée Su-22UM3, avec un moteur Tumansky R-29, et Su-22UM3K, avec un moteur AL-21. Construction entre 1978 et 1982.
Su-17UM3 Su-22UM3/Su-22UM3K "Fitter-G" S-52UM3 Version d'entraînement revue, dotée de la même suite avionique que le Su-17M3. Premier vol effectué début septembre 1978, avec Yu. A. Yegorov aux commandes. Version exportation désignée Su-22UM3, avec un moteur Tumansky R-29, et Su-22UM3K, avec un moteur AL-21. Construction entre 1978 et 1982.
Su-17M4 Su-22M4 "Fitter-K" S-54/S-54K Le Su-17M4 "Fitter-K" (usine S-54), fut la version finale de production. Avionique très améliorée, incluant un système de navigation RSDN (similaire au LORAN), un système de navigation par triangulation et un inertiel, un plus puissant système de recherche laser ("Kлён-54"), un radiocompas, et un radar de veille et d'alerte SPO-15LE ("Sirena"). Des entrées d'air additionnelles étaient placées latéralement, à l'avant (ainsi qu'à la base de la queue, afin d'améliorer le flux d'air de refroidissement du moteur, et le cône frontal était fixe. De nombreux avions furent aussi équipés pour l'emploi de missiles à guidage visuel, et d'un conteneur BA-58 Vjuga. Moteur Lyulka AL-21F-3. La version export fut désignée Su-22M4 (usine S-54K). Premier vol effectué en juin 1980, avec Yu. A. Yegorov aux commandes. Construction du Su-17M4 entre 1981 et 1988, et construction du Su-22M4 entre 1983 et 1990.
  Su-22M5 Une mise à niveau russo-française proposée pour les appareils existants, comprenant un poste de pilotage modernisé, un système HOTAS (Hands On Throttle-And-Stick, concept de regroupement de toutes commandes vitales sur la manette des gaz et le manche), une avionique plus performante, et le système de recherche par laser remplacé par un radar Phazotron/Thomson-CSF.
Su-22U Le biplace de combat et d'entraînement, désignation usine S-52U, fut une version export du Su-17UM, avec une partie avant contenant les postes de l'instructeur et celui de l'élève complétement repensés. Les nacelles de canon telles que l'UPK-23 et le SPPU-22 basés sur le GSh-23, furent utilisées sur les Su-17, Su-20 et Su-22. La nacelle d'attaque au sol SPPU-22 (Samolyatnaya Podvizhnaya Pushechnuaya Ustanovka), était une arme pouvant être orientée de 30 degrés vers le sol, de manière à conserver l'assiette de l'avion, tout en attaquant des cibles au sol. L'arme pouvait être montée vers l'avant, mais aussi vers l'arrière. Une version expérimentale du Su-20 fut construite, avec des ailes fixes montées sur une cellule de Su-17M, dans le but d'accroître la charge transportée et l'autonomie, en éliminant le poids du système de géométrie variable. De bons résultats furent obtenus lors des essais en vol en 1973, mais le développement ultérieur fut abandonné. Les versions reconnaissance tactique de toutes les variantes pouvaient être équipées du système de détection KKR (Kombinirovanny Konteiner Razvedy) monté dans un conteneur sur le pylône central, sous l'appareil.

Source partielle : site web Wikipedia.

Su-22M-4            
Moteurs(s)/Engine(s)   1 réacteur de 7800 kgp (11200 kgp avec réchauffe) Lyulka AL-21F-3 00                                
Envergure/Span 13,7/10,0m Longueur/Length 19.02 m    Hauteur/Height 5,12 m     Poids total/Weight 19.430 kg      
Vitesse/Speed 1860 km/h            Plafond/Ceiling 14.200 m   Autonomie/Range 1.150 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes