Frank Whittle

 

Vue d'un turboréacteur à flux en Z Whittle W2B Vue de Frank Whittle, à droite, avec, sauf erreur Ernest Walter Hives de la compagnie Rolls-Royce, autour d'un turboréacteur Power Jets W2/700 (W.2B/Rover B.23 ?) à flux en Z, à échelle un tiers (résidence de Brownover Hall, Rugby, 1944, ou peut-être juin 1948.). Entrée d'air avec compresseur centrifuge symétrique à droite, sortie à gauche, chambres de combustion inversées.

Frank Whittle (06/1907-08/1996) fut un pionnier de la propulsion par turboréacteur. Né à Coventry, il s'engagea comme apprenti dans la Royal Air Force en 1923. En 1926, il entra comme cadet au collège Cranwell de la R.A.F., situé près de Sleaford, dans le Lincolnshire, et devint élève pilote. Deux ans plus tard, il écrivit une thèse sur les possibilités de propulsion par fusées à réaction ou turbines à gaz à hélice (turbopropulseurs). Whittle poursuivit sa carrière dans l'armée, devenant pilote d'essai, tout en utilisant ses loisirs à concevoir une turbine à gaz susceptible de produire un jet propulsif. Le ministère de l'Air (Air Ministry) rejeta cette solution, fin 1929, en suivant l'avis du spécialiste des turbines de l'époque, Alan Arnold Griffith qui jugea la projet irréaliste. Cependant, encouragé par son Commanding Officer, Pat Johnson, Whittle déposa un brevet (No. 347.206, turbojet et No. 347.766, vannes de guidage d'entrée pour un compresseur centrifuge) concernant cette technologie en janvier 1930 (ce brevet expira en 1935, l'ingénieur ne pouvant plus en payer les droits de renouvellement).

En 1934, il rejoignit l'université de Cambridge, ou il obtint un diplôme en sciences mécaniques. En 1936, la société Power Jets Ltd. fut fondée, dans le but de développer son moteur, avec l'aide de Rolf Dudley Williams et de James Collingwood Tinling. Malgré des difficultés financières et l'indifférence des officiels, le turboréacteur construit par la British Thomson-Houston Company (BTH), à Rugby, Warwickshire, fonctionna, sous sa première forme expérimentale, pour la toute première fois en avril 1937. Entre ce moment et 1938, ce moteur fut modifié et reconstruit à de nombreuses reprises, et il fonctionna sous sa nouvelle forme (type WU, Whittle Unit), début octobre 1938. Les essais furent poursuivis de manière intensive jusqu'à la destruction du propulseur, en février 1941, due à une rupture du disque de turbine. Après la résolution de nombreux points techniques (turbine, chambres de combustion, injecteurs, ...), le réacteur put être monté sur l'appareil expérimental Gloster E.28/39, premier avion britannique à réaction qui effectua son vol inaugural à Cranwell, en mai 1941.

Whittle quitta Power Jets Ltd. en 1944, après la nationalisation de cette entreprise, et devint, en 1946, conseiller technique pour l'étude et la production de moteurs auprès de l'Air Ministry. Il quitta la R.A.F. en 1948, et émigra aux Etats-Unis en 1976.


Tableau de versions :
Modèle Poussée Poids Consommation d'air Consommation de carburant Remarques
W.1 850 lbf (386 kgp) 700 livres (318 kg) 20,6 lb/sec (9,35 kg/sec) 1.170 lb/hr (531 kg/h) Compresseur centrifuge symétrique, flux en Z avec chambres inversées, turbine à un étage. Equipement du E.28/39 lors de son vol inaugural.
W.2/850 2.485 lbf (1.128 kgp) 950 livres (471 kg) 47 lb/sec (21,34 kg/sec) 2.610 lb/hr (1.185 kg/h) Compresseur centrifuge symétrique, flux en Z avec chambres inversées, turbine à un étage. Le modèle W.2/700 avait été conçu pour une poussée de 2.000 livres (environ 910 kg) à 16.700 tr/min. Montage sur le Gloster E.28/39.

- En complément, structure d'un réacteur de type W.2. à flux inversé (en Z). Compresseur centrifuge symétrique à gauche, chambres de combustion concentriques, de type Shell Type, reliées entre elles, turbine à un étage, tuyère d'échappement.
Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part