Douglas-A-4 skyhawk             

Douglas A-20 Boston

janvier 1939 Douglas-A-20 havoc

Vue d'un Boston III (A-20C) Vue d'un bombardier moyen Boston III, de la Royal Air Force, équivalent au A-20C Havoc américain (moteurs radiaux Wright R-2600-A5 BO Cyclone 14).

Dès 1936, les ingénieurs de la firme Douglas avaient commencé les études d'un bombardier léger bimoteur. La conception du Model 7 fut reprise et revue par Edward Henry Heinemann, afin de répondre à une spécification de l'U.S. Army de 1938, pour un bombardier d'attaque. A la suite, l'autorisation de construction de prototypes fut accordée, et le prototype du Model 7B effectua son vol inaugural fin octobre 1938. Le Model 7B avait un train tricycle (assez peu répandu à cette époque), des ailes hautes, une dérive unique, et des plans de queue montés avec un dièdre assez prononcé. La partie avant contenant le poste du bombardier avec son viseur était vitrée, et un poste pour un opérateur radio/mitrailleur était placé en partie supérieure, au milieu du fuselage. L'avion était mené par un unique pilote, et les moteurs étaient des Pratt & Whitney R-1830 Twin Wasp de 1.000 ch.

Les autorités américaines ne montrèrent qu'un intérêt réduit pour le projet, mais une commission française, après avoir effectué une tournée aux Etats-Unis, commanda en février 1939, une centaine de DB-7 (DB-7A) largement modifiés, et dotés de moteurs Wright Cyclone 14 de 1.600 ch. La même année, cet ordre d'achat fut rapidement complété d'une commande portant sur 170 DB-7B, équipés de moteurs Twin Wasp. La plupart de ces bombardiers furent utilisés contre les Allemands en 1940, puis par le Régime de Vichy, en Afrique du Nord. La majorité d'entre-eux furent détruits par les Alliés lors de l'opération Torch, en novembre 1942. Le nombre total de DB-7 livrés avant la défaite de la France et l'armistice en juin 1940, fut d'un peu plus d'une centaine d'exemplaires.

Les appareils non livrés furent expédiés en Angleterre, et la Royal Air Force renomma ces avions Boston I et Boston II (moteur Twin Wasp de 1.100 ch). Une centaine de Boston II furent convertis en types chasseur du nuit et avion d'attaque de nuit Havoc I, et le Havoc II fut par la suite, un appareil destiné aux mêmes missions, correspondant au DB-7A. En février 1940, la Grande Bretagne commanda environ 150 DB-7B. Cette version était similaire au DB-7A, mais était équipée de sept mitrailleuses de calibre 7,7 mm, à la place de l'ancien modèle doté de six armes de calibre 7,5 mm. La R.A.F. reçut finalement également environ 780 bombardiers désignés Boston III, et encore par la suite, en 1944, des Boston IV et Boston V.

Les premières commandes américaines portèrent sur environ 185 A-20 et A-20A. Dans l'U.S. Army Air Forces, le A-20 fut l'équivalent du DB-7B, avec un armement formé de quatre mitrailleuses logées dans des coffres de fuselage, et de deux mitrailleuses défensives montées en tourelle. Un exemplaire fut converti en prototype de chasseur de nuit P-70, utilisé dans le Pacifique, et le A-20A était une version attaque à basse et moyenne altitude. Le A-20B fut l'équivalent américain du DB-7A. Ce modèle fut construit en environ 1.000 exemplaires, et parmi cette production, environ 665 furent fournis à l'U.R.S.S. Des équipements du Boston III de la Royal Air Force furent intégrés dans le A-20C, construit en environ 810 exemplaires. De cette fabrication, environ 200 exemplaires furent fournis à la R.A.F., comme Boston IIIA, et le modèle fut également fourni à l'U.R.S.S. De nombreuses machines de ce type servirent pour la formation, dans l'U.S.A.A.F., et en tout, finalement, environ 3.125 A-20 furent fournis aux Soviétiques (l'appareil reçut le code OTAN "Box").

La plus importante version de production fut le A-20G. Cette variante dotée d'un partie avant solide, fut une version de chasse, de bombardement (capacité portée à 4.000 livres, environ 1.815 kg), et aussi une machine de mitraillage à basse altitude dans le Pacifique (équipement de quatre canons de 20 mm, et deux mitrailleuses de calibre 12,7 mm). Ce modèle fut produit en environ 2.850 exemplaires, avec un armement varié, et certains exemplaires furent dotés d'un réservoir de carburant ventral. La variante A-20H, construite en environ 410 exemplaires, était globalement identique, mais recevait des moteurs Pratt & Whitney Twin Wasp de 1.700 ch. Le A-20J, caractérisé par une partie frontale transparente moulée d'une seule pièce, fut construite en 450 exemplaires, et le A-20K, fabriqué en environ 410 exemplaires, fut une version dotée de moteurs plus puissants que ceux de la variante A-20J. Les A-20J et A-20K correspondaient respectivement au Boston IV et au Boston V de la R.A.F.

La production totale des appareils de la famille DB-7, en incluant les modèles de type Havoc, atteignit 7.385 exemplaires et fut arrêtée en septembre 1944. Ces avions polyvalents, fiables, faciles à piloter, et maniables, furent utilisés lors de la campagne de France, dans le Pacifique, et sur le théâtre européen, y compris après les débarquements en Afrique du Nord et en Italie. Presque la moitié de la production fut envoyée en Union Soviétique, mais ces appareils servirent dans l'U.S.A.A.F. et dans la R.A.F., et également en petite quantité, dans l'U.S. Navy (BD-1/BD-2), ainsi que dans les forces aériennes du Canada et du Brésil.



- Royal Air Force, Boston Mk. III à Mk. V :
Le Boston III fut le premier de la série du Douglas DB-7, utilisé par la R.A.F. dans le rôle pour lequel il avait été conçu à l'origine, celui de bombardier léger de jour. Le petit lot initial de Boston I avait été employé pour l'entraînement, et les Boston II avaient tous été convertis, comme Havoc, pour un emploi de chasseur de nuit et appareil d'intrusion de nuit. Le Boston III, ou DB-7B, différait des modèles précédents, en ayant des moteurs Wright Cyclone 14 de 1.600 ch, à la place de Pratt & Whitney Twin Wasp de 1.200 ch, une position du viseur du bombardier dans la partie avant du fuselage revue, et des plans de queue redessinés et agrandis.

Le premier Boston III (en commençant par le W 8252) fut convoyé en Angleterre au cours de l'été 1941, et fut modifié pour être utilisé dans le (Bombing) Group No. 2, comme un remplaçant du Blenhein, dans des attaques de navires et de raids de jour sur des cibles marginales continentales (en France, Belgique et Pays-Bas). Environ 540 Boston III furent livrés à la R.A.F., en finissant par le AL 907. Le Boston III fut mis en service en premier dans le Squadron No. 88 (Hong Kong), basé à Swanton Morley, Norfolk, en remplacement du Blenheim IV, puis l'unité fut déplacée vers Hartford Bridge, Hampshire. Les premières actions contre des cibles terrestres furent effectuées début février 1942, puis les bombardiers menèrent une attaque remarquable contre les usines Matford, à Poissy, en région Ile-de-France, au début du mois de mars suivant, en volant aussi bas que possible afin d'éviter les défenses de l'ennemi. Des missions similaires furent menées par la suite, par exemple contre une centrale électrique à Caen, Calvados, et sur des bateaux dans le port du Havre, Seine-Maritime. Entre-temps, en Afrique du Nord, le Boston III avait été mis en service dans la zone du Western Desert (désert occidental, zone de l'Egypte et de la Libye, allant jusqu'au Soudan, au sud), et il fut utilisé dans cette zone dans des missions de support rapproché, connues sous le terme 'Boston Tea Parties' (Squadron No. 22).

En août 1943, les Boston basés en Angleterre, commencèrent des opérations avec la nouvellement formée 2e Tactical Air Force, et le jour du débarquement en Normandie, début juin 1944 (D-Day), ils formèrent des écrans de fumée sur les plages. En août suivant, le Boston IV (en commençant par le BZ 400), équipé d'une tourelle dorsale motorisée, fut mis en service dans les escadrilles. Environ 500 Boston IV et V furent remis à la R.A.F., directement depuis les lots fournis à l'U.S. Army Air Forces, qui les référençaient respectivement A-20J et A-20K. Les Boston IV et V continuèrent leur service avec le 2e Tactical Air Force en France et avec la Desert Air Force, en Italie, en bombardant des cibles tactiques et en apportant un support rapproché aux armées, avant la victoire en Europe, début mai 1945 (VE-Day). Les Boston furent employés dans les Squadrons Nos. 88, 107, 226, 342, et 418 (intrusion), ainsi que dans le Squadron No. 605 (intrusion), et dans les Squadrons Nos. 13, 14, 18, 55, et 114, en Afrique du Nord, et en Italie.


Vue d'un Douglas Boston IV de la R.A.F., équivalent au A-20J Havoc de l'U.S.A.A.F. Vue d'un Boston IV (A-20J)

Sources partielles : Fighters of the 20th Century - Jim Winchester (ISBN 1-8403-7388-1), et Aircraft of the Royal Air Force 1918-57 - Owen Thetford.

A-20                
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1600 ch              Wright R-2600-23 Cyclone 14                       
Envergure/Span 18,69 m    Longueur/Length 14,40 m    Hauteur/Height 5,36 m     Poids total/Weight 11.115 kg      
Vitesse/Speed 550 km/h à 3960 m Plafond/Ceiling 7.390 m    Autonomie/Range 1.690 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAvions militaires 1939-1945Avions militaires 1939-1945