Supermarine-Type 510

Supermarine Walrus

Tachikawa-Ki-54 otsu

Vue d'un Walrus II (origine : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson) Vue et plan d'un hydravion Supermarine Walrus II de construction Saunders-Roe, employé dans le Squadron No. 711 de la Fleet Air Arm, printemps 1941.

L'hydravion amphibie Walrus fut à l'origine destiné aux missions de reconnaissance dans la Fleet Air Arm, mais il devint plus tard, un avion de sauvetage terrestre ou maritime, et cet appareil fut l'un des plus souvent rencontré dans les airs, durant la Deuxième Guerre mondiale, spécialement dans les eaux nationales britanniques. Les origines du Walrus pouvaient être trouvées dans la lignée des amphibies à coque et stabilisateurs d'ailes Seagull des années 1920, et quand le prototype (K4797) fut présenté, il était connu comme Seagull V. Le premier vol de cet appareil doté d'un moteur radial Bristol Pegasus IIM.2 de 635 ch entraînant une hélice propulsive, fut effectué en juin 1933.

Environ 25 Seagull V furent commandés par le gouvernement australien, et douze autres, répondant à la spécification S.2/35, furent commandés pour le compte de la Fleet Air Arm, qui désigna l'hydravion Walrus. L'année suivante, la spécification S.37/36 fut émise pour le modèle de production, qui fit l'objet d'ordres d'achat pour un peu plus de 200 autres exemplaires de type Walrus I, et des contrats additionnels furent également passés plus tard. Trois exemplaires prévus pour la Fleet Air Arm, furent remis finalement au Irish Army Air Corps en 1939.

Les premières livraisons de cet hydravion doté d'une coque métallique furent effectuées dans les unités britanniques de la Fleet Air Arm, à partir de juillet 1936, les premières attributions étant faites à la Royal Navy, pour un emploi sur des cuirassés, des croiseurs ou d'autres navires de guerre équipés d'une rampe de lancement avec catapulte. Ces unités furent regroupées en janvier 1940, pour former le Squadron No. 700, dont la force aérienne totale comprit un peu plus de quarante Walrus. D'autres unités employant cet avion pour des missions de reconnaissance dans la Fleet Air Air, furent les Squadrons Nos. 711, 712, at 714. Le Walrus était équipé d'un armement défensif composé de deux mitrailleuses orientables Vickers K de calibre 7,7 mm, l'une montée en poste avant, et l'autre au milieu de la coque, en arrière des plans. L'appareil pouvait aussi emporter une petite quantité de bombes ou charges de profondeur accrochées sous les ailes basses (six de 100 livres, 45 kg, ou deux de 250 livres, 110 kg). L'équipage était composé de quatre personnes logés dans un cockpit fermé, pilote, copilote, navigateur et opérateur radio/mitrailleur. L'hydravion était doté d'ailes repliables vers l'arrière afin de faciliter son rangement dans les hangars. Le train d'atterrissage classique, comprenait un train principal dont les jambes se repliaient vers l'extérieur sous les ailes, et une roulette de queue orientable pouvant être couplée à la gouverne de direction afin de faciliter les manoeuvres.

A partir de l'année 1941, le Walrus fut également utilisé de manière plus importante, comme un appareil de secours amphibie terrestre/maritime, et cet appareil mena cette tâche de manière efficace, jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Sept escadrilles de la Royal Air Force, en Grande Bretagne, et quatre au Moyen-Orient, employèrent cet avion pour ce genre de mission. A partir de la 288e machine, la fabrication fut passée à Saunders-Roe, à Cowes, île de Wight. Les exemplaires construits par Saro, désignés Walrus II, recevaient une coque en bois, et étaient équipés de moteurs Pegasus VI, et la plupart des escadrilles de type ASR (Air/Sea Search and Rescue) furent dotées ce ce modèle.

En dépit de son apparence un peu dépassée, le Walrus était un avion bien plus robuste qu'il ne semblait, et il opéra avec une fiabilité remarquable, sous une grande variété de climats très contrastés, ainsi quelques exemplaires volant en Argentine, ne furent retirés qu'à la fin des années 1960. La production totale de cet hydravion biplan terminée en janvier 1944, atteignit environ 740 exemplaires, et dans cette fabrication, un peu plus de 430 machines avaient été construites par Saunders-Roe.
Plan d'un Walrus II (origine : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson)


Vue d'un Walrus (photo : Jane's fighting aircraft of World War II) Vue d'un hydravion amphibie Walrus (moteur radial Bristol Pegasus VI de 775 ch).

Source partielle : Flying Boats and Seaplanes since 1910 - Kenneth Munson.
WALRUS II           
Moteurs(s)/Engine(s)   1 moteur à pistons de 775 ch                Bristol Pegasus VI                                
Envergure/Span 13,97 m    Longueur/Length 11,46 m    Hauteur/Height 4,65 m     Poids total/Weight 3.270 kg       
Vitesse/Speed 220 km/h à 1450 m Plafond/Ceiling 5.640 m    Autonomie/Range 970 km         


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens