Dornier-Do 217 j/n

Dornier Do 335 Pfeil

Dornier-Do b merkur

Vue d'un Do 335 (photo : Histoire de l'Aviation Militaire Bill Gunston - TRH Pictures) Vue arrière du chasseur Dornier Do 335 Pfeil (version monoplace, modèle Do 335V-9, code CP+UI/V9, numéro de série 230009, type A-0 prototype).

Le Dornier Do 335 Pfeil (flèche, en français), fut l'un des plus originaux chasseurs de son temps, avec ses deux moteurs, l'un monté à l'avant entraînant une hélice tractrice, et l'autre installé à l'arrière entraînant une hélice propulsive (il fut aussi surnommé par les pilotes allemands, comme l'équivalent de tamanoir, à cause de son profil particulier et de son long nez). Cette configuration qui permettait d'obtenir une faible surface frontale et une trainée réduite, avait fait l'objet d'un brevet déposé par Dornier en 1937. Le projet du bombardier Dornier P.59 de même architecture avait été abandonné en 1940, mais Dornier continua les études, et soumit une version améliorée en réponse à une demande pour un bombardier rapide monoplace (Schnellbomber) en 1942 (modèle P.231 capable d'emporter 2.200 livres, 1.000 kg de bombes). Le dessin fut accepté par le RLM (Reichsluftfahrtministerium, ministère de l'Air du Reich), face à ceux proposés par Arado, Junkers, et Blohm und Voss, et après quelques retards au départ, les travaux commencèrent cette même année (cellule désignée 8-335, qui devint Do 335). Willy Messerschmitt avait persuadé Adolph Hitler que la priorité devait être donnée au Me 262 à réaction, bien que le Dornier aurait été un meilleur bombardier emportant une charge supérieure. A l'automne 1942, le projet fut réorienté, tout en conservant son aspect général, en passant de bombardier à chasseur lourd pouvant remplir plusieurs fonctions, et le prototype modifié en conséquence, subit des retards.

Le premier vol du Do 335 V1 fut effectué fin octobre 1943, les moteurs Daimler-Benz DB 603 de 1.750 ch entraînant, l'un une hélice tripale tractrice à l'avant, l'autre une hélice propulsive de même type à l'arrière, cette dernière étant installée derrière des plans de queue cruciformes. L'avion était équipé des nombreux systèmes nouveaux, comme le pas réversible sur l'hélice frontale permettant de réduire les distances à l'atterrissage, un système de dégivrage des bords d'attaque des ailes, le radiateur de refroidissement du propulseur arrière monté dans une conduite, et un système d'éjection pour l'équipage. Ce dispositif, nécessaire afin de tenir le pilote hors du champ de l'hélice arrière, comprenait un siège éjectable mu par de l'air comprimé, et des boulons d'attache explosifs permettant de libérer l'hélice postérieure et les montants de la dérive verticale, avant l'éjection de l'équipage.

Il y eut une quinzaine de prototypes pour le modèle, la plupart étant destinés à l'essai de diverses configurations projetées, correspondant par exemple, au chasseur lourd Do 335B doté de canons montés dans les ailes, et au chasseur de nuit biplace Do 335A-6. Egalement deux Do 335A-12, une conversion vers une variante d'entraînement biplace, furent fabriqués. Une unité opérationnelle de test, nommée Erprobungskommando 335, fut mise en place en décembre 1944, et il est possible que quelques missions d'interception de nuit aient été menées avant la fin de la Deuxième Guerre mondiale, par des appareils de cette organisation faisant partie de la dizaine de Do 335A-1 de production qui avaient été livrés. Ces avions étaient équipés d'un canon MK 103 de calibre 30 mm tirant à travers le cône de l'hélice frontale, et de canons MG 151/15 de calibre 15 mm montés au sommet du capot avant. L'appareil pouvait également emporter deux bombes accrochées sous les ailes, ou des réservoirs de carburant supplémentaires. Le Do 335, en atteignant une vitesse d'environ 750 km/h, était plus rapide que la majorité des chasseurs alliés, mais il est probable qu'il ne rencontra aucun de ces avions au combat.

En raison de l'indécision officielle et du bombardement des installations par les Alliés, seulement une petite quarantaine de Pfeil furent construits en incluant les prototypes, mais Dornier avait conçu des plans pour de nombreuses variantes dérivées. Ces projets comprenaient le Do 435, un chasseur de nuit biplace, avec les sièges côte à côte, le Do 535 équipé d'un réacteur monté à l'arrière, et le Do 635 (Do 335 Zwilling), une version de reconnaissance qui aurait été formée de la réunion de deux fuselages de Do 335 montés côte à côte et réunis par un court plan central.


- En complément, vue d'une version biplace d'entraînement du Dornier Do 335, modèle Do 335A-12, code 121, numéro de série 240121, type A-12. Appareil trouvé en petite série à l'usine d'Oberpfaffenhofen, près de Munich, Bavière, deux appareils complets (code 112, numéro de série 240112 et code 121, numéro de série 240121), un non terminé (code 122, numéro de série 240122) et un dernier partiellement assemblé (document d'origine, magazine Science et Vie, janvier 1946).

Source partielle : Fighters of the 20th Century - Jim Winchester.

Do 335A-1           
Moteurs(s)/Engine(s)   2 moteurs à pistons de 1750 ch              Daimler-Benz DB 603E-1                            
Envergure/Span 13,80 m    Longueur/Length 13,85 m    Hauteur/Height 5,00 m     Poids total/Weight 9.600 kg       
Vitesse/Speed 760 km/h à 6500 m Plafond/Ceiling 11.400 m   Autonomie/Range 1.380 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. anciensAv. mil. anciens