Fabre-Hydravion

Fairchild A-10 Thunderbolt II

Fairchild-C-119 packet

Vue d'un A-10 Vue d'un avion d'appui aérien des forces terrestres spécialisé dans l'attaque de blindés Fairchild A-10.

Conçu pendant la guerre du Viêt Nam (novembre 1955-avril 1975), pour lutter contre les blindés du Pacte de Varsovie et ceux de la Corée du Nord, le Fairchild A-10 Thunderbolt II prit naissance en 1972, comme avion de support rapproché dédié, destiné en premier lieu à la lutte contre des blindés. Le vol inaugural du prototype YA-10, fut effectué en mai 1972, et le modèle fut sélectionné, ayant obtenu la préférence par rapport au Northrop YA-9 en janvier 1973.

L'environnement opérationnel dans lequel le A-10A devait opérer, imposait une conception très sécurisée, et la capacité de l'avion à affronter des milieux hostiles fut assurée par le choix d'ailes droites d'une surface étendue, permettant une excellente maniabilité en vol à basse altitude, le montage de deux réacteurs sans réchauffe en nacelle à l'arrière et en partie haute de la cellule, de manière à ce qu'ils soient protégés des tirs venus du sol, d'une part par les plans, d'autre part, par les éléments de queue, portant dans le même esprit de sécurité, deux dérives verticales. Les commandes de vol et les systèmes hydrauliques étaient blindés et redondants, et le poste du pilote ainsi que l'énorme tambour à munitions (diamètre 88 cm, longueur 1,82 m) du canon rotatif à sept tubes de calibre 30 mm, General Electric GAU-8/A Avenger, étaient blindés par des sortes de baignoires en titane. L'allure peu conventionnelle du A-10, lui valut le surnom non officiel de "Warthog" (phacochère, en français).

En dehors du puissant canon, l'arme principale de l'appareil était le missile air-sol AGM-65 Maverick, mais neuf pylônes placés sous les ailes et sous le fuselage permettaient l'emport d'un grande variété d'armes, standard ou de précision. L'avionique du A-10 resta assez simple pour la plus grande partie de sa carrière, sans désignation laser ou dispositif évolué de mesure de distance par rapport à la cible, et de détection des caractéristiques de cette dernière. Le pilote disposait cependant d'un afficheur tête haute (HUD, head up display), et d'écrans pour visualiser les images émises par le missile Maverick ou d'autres armes guidées par des systèmes électro-optiques.

Un exemplaire d'une version biplace, désignée YA-10B ou A-10 N/AW (Night/Adverse Weather), fut construite pour une évaluation, comme avion d'entraînement, et plus tard pour des missions de nuit ou par mauvais temps. Finalement, le modèle ne fut pas retenu pour une production. La A-10 fut mis en service dans l'U.S. Air Force en 1977. Au plus fort de son déploiement, six Squadrons dotés de cet appareil, étaient stationnés au Royaume-Uni, et plus encore en Corée, et sur le territoire continental des Etats-Unis. De nombreux débats furent tenus à propos de la vulnérabilité du A-10, et il fut finalement décidé de le remplacer graduellement par des chasseurs F-16. Au même moment, des A-10 en surplus devinrent disponibles pour remplacer le OV-10, dans ses missions de contrôle aérien avancé. Inchangé extérieurement, cet appareil fut rédésigné OA-10A, et mis en service dans les unités de support aérien tactique.

Pour les missions de contrôle aérien avancé (Forward Air Control, FAC), le A-10 fut équipé de paniers à roquettes, destinés à marquer les cibles, et de missiles air-air AIM-9 Sidewinder, pour assurer sa propre défense. Bien que certains l'ait critiqué pour sa vitesse trop lente sur les terrains de bataille modernes, le A-10 montra sa valeur, lors de la guerre du Golfe (première guerre d'Irak), en 1990-1991, en détruisant un grand nombre de tanks, pièces d'artillerie et véhicules. Des A-10 furent aussi basés en Afghanistan, en 2002, afin de fournir un support aérien rapproché.

La production de cet appareil atteignit un peu plus de 710 exemplaires, et finalement, il est possible que le modèle reste en service jusqu'en 2028. Un modeste programme de mise à niveau fut entrepris en 2007 (ailes nouvelles afin de prolonger la durée de vie de certains appareils).


Vue d'un A-10

- En complément, vue générale d'un Fairchild A-10C de l'U.S. Air Force, partie avant avec le personnel, partie centrale et vue arrière avec les tuyères des réacteurs, le plan horizontal et les dérives. Immatriculation 78-0651, cn A10-0271, DM 12 AF, 354e Fighter Squadron. Le A-10C était une version mise à jour du A-10A, dans le cadre du programme incrémental Precision Engagement (PE). Salon du Bourget (Paris Air Show 2015), exposition statique.

Source partielle : Bombers of the 20th Century - Jim Winchester.

A-10A               
Moteurs(s)/Engine(s)   2 réacteurs de 4110 kgp                     General Electric TF34-GE-100                      
Envergure/Span 17,53 m    Longueur/Length 16,26 m    Hauteur/Height 4,47 m     Poids total/Weight 22.680 kg      
Vitesse/Speed 700 km/h à 0 m Plafond/Ceiling 13.700 m   Autonomie/Range 4.150 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes