Sukhoi-Su-9  fishpot         

Sukhoi Su-15 Flagon

mai 1962 Sukhoi-Su-15vd flagon-b

Vue d'un Sukhoi Su-15T (photo : Dmitry Avdeev) Vue d'un appareil intercepteur supersonique soviétique Su-15T (code OTAN "Flagon"). Immatriculation 11 rouge, Monino, Moscou, Russie, août 2001.

Développé comme un pur intercepteur destiné à remplacer le Su-11, un chasseur d'une forme soviétique traditionnelle, le Sukhoi Su-15 différait en ayant des entrées d'air des réacteurs latérales et par un large radôme frontal, bien que sur les autres plans, il ait été similaire. Le prototype désigné T-58, avait un aile delta (flèche de 60°) avec des extrémités anguleuses, montée en position moyenne, des plans de queue en flèche, et une large verrière en forme de bulbe. Le vol inaugural de cet appareil fut effectué fin mai 1962. Cet avion fut suivi d'un grand nombre d'exemplaires de présérie, puis fut approuvé pour la production en février 1962, et finalement mis en service comme Su-15 "Flagon-A" en 1967, en remplacement des Su-9 et Su-11, et du biréacteur Yakovlev Yak-25. Conçu comme un chasseur de bombardier de haute performance, le Su-15 pouvait atteindre Mach 2.4, était équipé à l'origine de deux missiles air-air R-8/K-8, R-98 (AA-3 "Anab"), et était dépourvu de canons internes. Les moteurs étaient deux Tumansky R-13F2-300 d'une poussée unitaire de 9.040 lbf (4.100 kgp) et 16.000 lbf (7.260 kgp) avec la réchauffe. Le radar était un RP-22 Oryol-D "Skip Spin".

Le modèle "Flagon-D" fut le premier construit en grande quantité. Il pouvait emporter quatre missiles, était doté d'ailes en double delta, les panneaux extérieurs étant d'une moindre flèche (45°), et une unique lame anti-vortex (wing fence) destinée à réduire la tendance de l'air à suivre le mouvement de la flèche, était montée sur l'extrados des plans. Cet avion fut initialement connu par l'OTAN, comme Su-21, bien que cette référence n'ait jamais été une vraie désignation soviétique. Le Su-15T "Flagon-E" était équipé d'un nouveau radar Volkov Taifun, mais cette variante connut des défaillances en service, et seulement peu d'exemplaires furent fabriqués. Le Su-15TM "Flagon-F" qui datait de 1972, fut doté d'un radôme de forme ogivale plus aérodynamique, d'un radar revu Taifun M, et de missiles améliorés R-98M. Ce modèle fut une version majeure de production, et recevait des moteurs R-13F-300 d'une poussée maximale de 14.500 lbf (6.580 kgp). Une paire de pylônes avait été ajoutée, ce qui donnait la possibilité d'emporter deux missiles air-air à guidage infrarouge R-23TE (AA-3 "Anab") et deux missiles air-air à guidage radar R-23RE. D'autres missiles pouvaient être des R-60 (AA-8 "Aphid"), et l'armement était aussi complété de canons Gryazev-Shipunov GSh-23 de calibre 23 mm, logés dans des conteneurs accrochés sous le fuselage.

Le Su-15UT "Flagon-C" était un appareil biplace d'entraînement (sans radar) et de combat basé sur le Su-15D/E. Sur ce modèle, l'instructeur était logé dans un cockpit séparé équipé d'un périscope permettant de voir vers l'avant. Le Su-15UM "Flagon-G" était également une version biplace d'entraînement et combat basée sur le Su-15TM "Flagon-F". Le Su-15VD (Vertikainyye Dvigateli) "Flagon-B" fut une variante particulière, un démonstrateur technologique doté de trois moteurs de décollage Rybinsk montés au centre de la cellule, apportant une capacité de décollage court de caractéristiques STOL (Short Take Off and Landing), et cette machine fut présentée publiquement en vol, à Domodedovo, Moscou, en juillet 1967.

Le modèle fut impliqué dans de nombreuses interceptions d'avions de reconnaissance occidentaux au-dessus de la mer Baltique, et dans la partie extrême est de l'U.R.S.S. Il fut l'avion responsable de l'attaque et de la destruction avec deux missiles, d'un Boeing 747 de la compagnie Korean Air Lines, vol KAL 007 (New York-Séoul, via Anchorage) en septembre 1983. Un Su-15 endommagea et obligea à atterrir un Boeing 707 de la même compagnie, vol KAL 902 (Paris-Séoul, via Anchorage), vers Mourmansk (mer de Barents, péninsule de Kola), en avril 1978. Dans les deux cas, les avions civils furent accusés d'être entrés dans l'espace aérien soviétique, à des fins d'espionnage.

La production effectuée entre 1965 et 1979, atteignit environ 1.290 exemplaires. Le chasseur ne fut pas utilisé dans les pays du pacte de Varsovie et ne fut pas exporté. Cependant, après la dislocation de l'U.R.S.S., survenue en décembre 1991, certains Su-15 furent transférés en Géorgie et en Ukraine, mais il est possible qu'ils n'aient été que peu ou pas mis en service. Il est aussi possible que quelques appareils de ce type aient été acquis par l'Azerbaïdjan pendant ou avant l'année 1997. Tous les Su-15 russes furent retirés du service actif, suivant le traité d'accord entré en vigueur en 1992, et passé entre les états du pacte de Varsovie et des états de l'ancienne U.R.S.S., avec la Communauté Européenne, sur les forces armées conventionnelles, FCE (Treaty on Conventional Armed Forces in Europe ou CFE).


Source partielle : Fighters of the 20th Century - Jim Winchester (ISBN 1-8403-7388-1).

Su-15A              
Moteurs(s)/Engine(s)   2 réacteurs de 14740 kgp                    Tumansky R-13F2-300                               
Envergure/Span 8,62 m     Longueur/Length 21,41 m    Hauteur/Height 5,00 m     Poids total/Weight 16.000 kg      
Vitesse/Speed 2230 km/h à 11000 m Plafond/Ceiling 18.500 m   Autonomie/Range 1.450 km       


Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page aviation Retour partie aviation/return to the airplane part IndexTable des matièresAv. mil. modernesAv. mil. modernes