Ukulélé

 

Ukulélé soprano Kala (photo : JN Passieux) Vue d'un ukulélé classique (soprano), de marque Kala, modèle KA-TEAK-S (PTS-21-014). Douze frettes, longueur totale 53,40 cm. Manche en méranti, touche en nandu indonésien, table, fond et éclisses en teck, sillet et pontet de marque Graph Tech Tusq, finition satinée. Montage de base avec des cordes Aquila Super Nylgut.

Le Ukulélé est un petit instrument à cordes, d'un prix modique, facile à jouer et à transporter, et doté d'un son naturellement joyeux et festif. Son timbre se rapproche de celui d'un banjo, aussi il peut, comme cet instrument, être employé pour jouer en rythmique, dans de nombreux styles, comme par exemple, la musique populaire, le jazz, ou la musique latine, mais il peut aussi servir à jouer des mélodies. Cependant, il à ses limites, dues à la taille de la caisse et au nombre réduit de cases sur le manche, et une guitare, avec ses six cordes offre plus de possibilités, et possède un son nettement plus riche et ample.

Pour tendre les cordes d'un ukulélé, on utilisait autrefois des chevilles, soit comme sur un violon, une pièce de bois de forme légèrement conique enfoncée avec un certain serrage, dans la tête de l'instrument. Pour les instruments plus récents, on utilise de manière traditionnelle, des clés à friction qui traversent l'épaisseur de la tête en ligne droite, avec d'un côté, la partie sur laquelle l'extrémité de la corde est enroulée, et de l'autre l'élément permettant de faire tourner la clé (la clé est le plus souvent métallique, avec une tête en bois, en plastique, en métal). Une certaine friction, qui ne doit être ni trop forte (difficulté pour tendre ou détendre les cordes), ni trop faible (désaccord rapide des cordes lors du jeu), doit être appliquée sur la clé. Pour assurer un réglage plus précis, certaines clés à friction sont dotées d'une démultiplication interne. La tension des cordes peut également être réalisée par des mécaniques standard ouvertes (vis sans fin et engrenage) ou fermés (à bain d'huile), comme sur une guitare.

Le ukulélé, connu par son utilisation dans la musique traditionnelle hawaïenne, fut importé par les marins, et immigrants portugais débarqués pour la culture et la récolte de la canne à sucre, vers la fin du 19e siècle. Il était proche d'un autre instrument à quatre cordes d'origine portugaise, ressemblant également à une petite guitare, le cavaquinho. Cet instrument, plus précisément, celui originaire de Madère fut la forme d'origine du ukulélé. Le cavaquinho (parfois recevant le diminutif cavaco), se développa au Cap-Vert (styles morna, coladeira), et également en Amérique du Sud, en particulier au Brésil. Dans ce dernier pays, il est employé pour jouer la musique locale, et notamment la samba et le chorino (choro). Une différence entre le ukulélé et le cavaquinho, est le type de corde. Le premier est équipé de cordes nylon, tandis que le second reçoit des cordes acier, aussi le son du ukulélé est plus doux que celui de son instrument voisin. L'accord est également différent, puisqu'un cavaquinho est accordé en général, au Portugal, do/sol/la/ré (C/G/A/D), et ré/sol/si/ré (D/G/B/D, soit open de Sol), au Brésil.

Le ukulélé peut être joué à la main, en combinant le pouce et les autres doigts, cordes frottées, étouffées, jeu en arpège, on peut aussi dérouler les doigts à la manière des joueurs de flamenco (rasgueado). Pour le jeu en mélodie, on peut également employer un médiator, pour plus d'attaque. Le ukulélé à un côté sympathique et apporte parfois une note humoristique ou exotique. On peut trouver un exemple d'emploi de ce genre dans le film "Certains l'aiment chaud" ("Some Like It Hot"), réalisé par Billy Wilder, en 1959. Dans ce film, deux musiciens, Joe (Tony Curtis), saxophoniste, et Jerry (Jack Lemmon), contrebassiste, afin d'échapper à la mafia, se cachent dans un orchestre féminin de jazz qui se rend à Miami, en Floride. La meneuse de revue, Alouette (Sugar), qui utilise un ukulélé, est jouée par Marilyn Monroe.


- Différents modèles de ukulélé :
Type Accordage
Soprano Modèle de base accordé sol/do/mi/la (G/C/E/A), avec la corde de sol plus aigüe, soit un accord à vide de Do6 (C6). Accord comme les quatre cordes aigües d'une guitare (ré/sol/si/mi), avec un capodastre monté à la cinquième case, sur cet instrument.
Concert Caisse et manche plus grands, accordé comme le soprano.
Ténor Taille plus importante par rapport au type concert, accord sol/do/mi/la (G/C/E/A), ou encore ré/sol/si/mi (D/G/B/E).
Baryton Modèle de la plus grande taille, se rapprochant d'une petite guitare. Accord ré/sol/si/mi (D/G/B/E).

- En complément, vues en détail d'un ukulélé Kala, modèle KA-TEAK-S, tête, dos, mécaniques, et chevalet.

Retour à la page d'accueil Retour page d'accueil/return to the home page Retour à la page musique Retour partie musique/return to the music part